Ces atouts qui renforcent l’attractivité du Port Autonome de Lomé

0
362

Après avoir été classé premier hub de transbordement de la sous-région, le Port autonome de Lomé (PAL) a fait cette année une entrée remarquée dans le Top 100 mondial du classement mondial établi annuellement par le magazine britannique Lloyd’s List. Cette performance est le résultat de la conjugaison d’atouts naturels et de  réformes opérées  avec succès. 

Le Port autonome de Lomé (PAL)  a ravi la vedette du plus grand port de la sous-région au  port de Lagos. Celui-ci   a perdu une part considérable du trafic ces dernières années en raison de sa congestion chronique et de la médiocrité de ses service, selon Lloyd’s.  Les chiffres du PAL ont bondi de 15% comparés à l’année passée avec plus d’1.7 millions d’équivalents 20 pieds (EVP) cette année confirmant sa première place en Afrique de l’Ouest.

Face au port déclinant de la capitale économique nigériane, Lomé a progressé  en s’appuyant sur l’opérationnalisation du Lomé Container Terminal (LCT ) détenue à 50/50 par Terminal Investment Ltd, filiale de Mediteranean Shipping Company (MSC) et China Merchants Part Holding.

Le PAL  est l’un des rares ports naturels en eau profonde de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale, servant aussi bien comme le plus grand hub de transbordement de la région et de plateforme de transit des marchandises vers les pays de l’hinterland tels que le Mali, le Niger, le Burkina-Faso  et le nord du Nigeria.

Pendant que les autres terminaux de la région ont connu une stagnation dans leur évolution, le PAL a significativement  bénéficié de l’augmentation des volumes de marchandises transbordées ainsi que de celle de   sa capacité à accueillir des navires  allant jusqu’à 14000  EVP ; capacité quasi unique  en Afrique de l’Ouest.

En 2020, LCT a connu une augmentation de plus de 20% de marchandises débarquées avec près d’1,4 millions d’EVP. Le reste du trafic a été géré par Togo Terminal, membre du réseau de ports mondiaux et régionaux installés par le spécialiste Bolloré et situés principalement sur le continent africain.

LCT et le port de Lomé, voudraient s’appuyer sur sa récente croissance pour opérer une nouvelle expansion. MSC prévoit d’investir 300 millions d’euros (588 millions de dollars) au cours de la prochaine décennie dans l’installation portuaire afin d’augmenter sa capacité d’un volume allant jusqu’à 4 millions d’EVP.

De fait, dans le  classement des ports africains ayant les meilleurs trafics de conteneurs, Lomé est classé en 4ème position, derrière le port marocain, Tanger Med 1er en Afrique avec environ 5,7 millions d’EVP, celui égyptien Port Saïd avec environ 4 millions d’EVP et le sud-africain Durban (2,5 millions EVP). La plateforme portuaire togolaise dépasse ainsi celle égyptienne, Alexandrie qui clôture le top 5 africain.

Pour le ministre de l’Economie maritime, de la Pêche et de la Protection côtière, Kokou Edem TENGUE, cette performance est le fruit des choix avisés et des réformes pertinentes impulsées par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, pour faire du PAL un hub majeur de transbordement et un carrefour logistique et de transport incontournable, en lien avec la feuille gouvernementale.

Des réformes comme atouts

Durant ces dernières années, le PAL  s’est engagé à  offrir une meilleure qualité de prestations et une modernisation des infrastructures. De fait,   la plateforme aéroportuaire a pris des dispositions pour assurer la sécurité et la sûreté de ses installations.

Elle a ainsi   mis en place de nouvelles mesures de sécurité, notamment l’installation d’un système de télésurveillance des installations portuaires et un corps de la sûreté portuaire qui  garantissent  une sécurité optimale sur tous les biens ;  ceci en conformité avec les normes de sécurité recommandées par le Code International pour la Sûreté des Navires et des Installations Portuaires (Code ISPS).

En outre, pour mieux répondre aux attentes des usagers, la plateforme a initié des projets de développement des infrastructures et équipements. Récemment, elle a refait la voirie intérieure en vue d’une fluidité des trafics sur la plateforme.

L’un des atouts du PAL  repose sur la rapidité des formalités administratives qui est le résultat des efforts de simplification des circuits d’enlèvement des marchandises à travers la digitalisation des processus portuaires.

Atouts naturels

Si le PAL enregistre la   progression de son  trafic, c’est en partie grâce à sa situation géographique. En effet, il est situé à 06 ° 08 au nord et 01 ° 17 est. Il est le seul port sur la côte ouest africaine par lequel on peut atteindre plusieurs capitales en un seul jour. De fait, il offre l’avantage d’acheminement des marchandises à des délais et des coûts très compétitifs.

Autre avantage naturel, il dispose d’une profondeur de 16,60 mètres, ce qui fait de lui le seul port en eau profonde de la côte ouest africaine pouvant accueillir des navires à fort tirant d’eau.

Outre ces avantages, son bassin d’eau  est délimité par deux digues de 950 m et 1720 m de long qui le protègent de l’ensablement. Par ailleurs, il bénéficie d’un marnage faible (1.20 m) et de vents modérés. Ces conditions permettent ainsi un accès au port 24 heures sur 24 à tout type de navire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

10 − 3 =