Championnat culinaire: les trois représentants de la région centrale sélectionnés

0
498
Les lauréats de l’étape de Sokodé

La phase éliminatoire du Championnat culinaire sur la gastronomie togolaise (CHACUGATO) se poursuit. Après Kpalimé et Atakpamé, c’est la ville de Sokodé qui a eu l’honneur d’abriter l’événement ce 21 janvier pour le compte de la région centrale. 11 filles et 4 garçons ont présenté de façon royale, différents mets locaux.

Le jury, composé des professionnels de la cuisine, des acteurs du monde de la culture et de l’agriculture, et présidé par Mme Tchakala Abirétou, représentante de la direction régionale de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural, a évalué de façon succincte, les produits finis des 15 candidats en course pour la phase finale de la 3ème édition du CHACUGATO.
On découvre, entre autres, la pâte de maïs ou du mil accompagnée de la sauce de feuilles de manioc ou de la sauce gboma ou encore de la sauce des feuilles de haricot; la pâte du mil avec la sauce tignargou (faite à base du haricot et de la moutarde traditionnelle) ; du benberèssè (farine de blé grillé plus l’huile rouge et de petits poissons) ; klako (galette de manioc) ; du riz à la moutarde ; du tikpèrgou (mélange de haricot, de la farine de maïs torréfié, de l’huile rouge et du poisson) et du bètèbètè (ragoût d’igname).

L’initiateur en entretien avec une candidate

La concurrence a été très rude au vu de l’effort fourni par chaque candidat pour être à la hauteur des critères retenus qui sont notamment la propreté du plan de travail, la propreté corporelle, la gestion économique des produits mis à disposition, la décoration de l’assiette, le dressage et le goût.
Au final, après la compilation des notes, c’est Mlle Pehezinam Rose Agaté qui totalise le plus de points et occupe la première place. Elle est suivie respectivement de Mlle Somiyalo Panadema et de M. Rodrigue K. Akpega. Ainsi, les trois candidats sélectionnés vont représenter la région centrale à la phase finale du CHACUGATO en Avril prochain à Lomé.

« À la phase finale, je vais me baser sur la décoration et le goût qui comptent beaucoup. Avec le petit temps qui reste, je saurai me prendre pour affronter les autres candidats à la finale », promet Rodrigue.
Du côté des organisateurs, on salue la détermination et l’engouement des candidats région par région, à cette phase éliminatoire de la compétition. « Je suis rassuré au jour le jour que notre transition nous allons la réussir parce que les jeunes sont déterminés à donner le meilleur d’eux-mêmes. Nous avons découvert de nouvelles recettes », se réjouit M. Abdel Aziz Awesso, président fondateur de l’Union des acteurs de la gastronomie togolaise (UAGT), association qui organise l’événement.

Il est à noter que tout comme dans les deux autres localités déjà traversées, l’accent a été mis dans la région centrale, sur le dressage des plats. La quantité, explique M. Awesso, n’est pas importante en gastronomie mais plutôt la qualité. « Le dessin qu’on a fait sur l’assiette, c’est ça qui est important. C’est pour cela que si nous voulons vraiment sortir de la cuisine pour la gastronomie, nous devons forcément réussir le dressage », conseille-t-il.

Par ailleurs, la compétition a été couplée d’une exposition de produits agroalimentaires. « Nous sommes une chaîne, on ne peut pas parler de cuisine sans parler de l’agriculture, de la transformation des produits agroalimentaires. C’est pour cela que nous voulons vraiment les associer et qu’ils sachent aussi qu’ils sont une partie de nous et que nous ne pouvons pas travailler d’une manière dispersée », argumente le chef Abdel Aziz Awesso. Le rendez-vous est pris du 11 au 14 février prochains pour l’étape de la région de la Kara.
Inscrire l’art culinaire du Togo au patrimoine immatériel de l’UNESCO, c’est l’objectif de l’initiateur du Championnat culinaire sur la gastronomie togolaise.

Créée en 2013, l’Union des Acteurs de la Gastronomie Togolaise (UAGT) est une association regroupant plusieurs centaines de producteurs, de transformateurs agricoles, de chefs cuisiniers et de restaurateurs etc…, qui œuvre activement pour la valorisation et la sauvegarde de la gastronomie togolaise sur le plan national, et de sa promotion à l’échelle internationale.

Elle a aujourd’hui à son palmarès, des prix et des reconnaissances au niveau continental, entre autres, le 3ème prix du festival HAAPI organisé au Nigéria en 2018, un trophée en Afrique du Sud en 2019, le 2ème au Festival WAFFEST à Accra en 2018. En avril dernier, ses membres avaient pris part à Monrovia, au Liberia, au festival ouest-africain d’art culinaire (WAFFEST). Au terme de la compétition qui a rassemblé onze pays, le Togo a remporté plusieurs prix dont 3 trophées et 6 médailles de reconnaissance.