Chez Poutine, Maky Sall plaide pour la libération du blé et de l’urée à destination de l’Afrique

0
203

La guerre entre la Russie et l’Ukraine a de lourdes conséquences sur des pays du monde entier. L’Afrique qui exporte une grande quantité de blé et de l’urée des deux pays n’est pas épargnée. Au cours d’un tête-à-tête ce 03 juin avec le Président Russe, Vladimir Poutine, le Président en exercice de l’Union Africaine, Macky Sall, a plaidé pour une fin rapide des conflits et surtout l’atténuation de ses conséquences sur le continent africain.

Le Président sénégalais, accompagné du président de la commission de l’UA, Moussa Faki, a négocié auprès de Poutine la libération de stock de céréales et de fertilisants si précieux pour le continent africain. « Nous n’avons plus accès aux céréales provenant de la Russie, le blé en particulier mais surtout aux engrais, à l’urée pendant que notre agriculture est déjà déficitaire », a évoqué Macky Sall devant l’homme fort de Kremlin. Pour le porte-voix des 54 pays du continent africain, si rien n’est fait vite pour arrêter l’hémorragie, l’Afrique risque de connaître une crise alimentaire très accentuée.

Aussi, Macky Sall n’a-t-il pas manqué de saluer le rôle important joué par la Russie dans la lutte de l’indépendance des pays africains vis-à-vis de l’Occident. Il a souhaité le renforcement des liens de coopération bilatérale et continentale entre la Russie et l’Afrique.

De son côté, Vladimir Poutine a indiqué que la Russie accorde une attention particulière au développement des relations entre l’Afrique et son pays et cela, dit-il, a déjà débouché sur des résultats assez concrets. « Nous essayons également de développer des liens humanitaires avec les pays africains », a répondu le Président russe.

Par ailleurs, la Russie, selon la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, est prête à fournir des céréales à tous ceux qui en ont besoin.  Toutefois, souligne-t-il, tout dépendra de la levée des sanctions logistiques et financières imposées par les Etats unis et l’occident, qui bloquent tout export de céréales russes.  D’autre part, en début de semaine, Vladimir Poutine se déclarait déjà prêt à travailler sur la mise en place de corridors sécurisés pour le transport des céréales en mer Noire avec la Turquie.

D’après les données de la CNUCED sur la période 2018-2020, pas moins de 25 pays africains importent plus du tiers de leur blé de l’Ukraine et de la Russie et 15 d’entre eux en importent plus de la moitié. Au cours de l’année 2020 par exemple, la Russie a exporté 70 000 tonnes de blé vers le Togo, ce qui en fait le premier fournisseur de blé du pays, devant le Canada, la France et l’Afrique du Sud.