Contamination en milieu carcéral au Togo : l’administration pénitentiaire sur le pied de guerre

0
810

La direction de l’administration territoriale et de la réinsertion sociale est sur le pied de guerre depuis ce lundi. 19 cas de contamination ont été confirmés dimanche sur une soixantaine de personnes testées dans les rangs de prisonniers de Lomé. Approché pour en savoir plus sur cette situation, le Directeur Général, Idrissou Akibou n’a pas hésité à nous ouvrir ses portes.

Cependant, l’urgence de l’heure imposera un arrêt à nos échanges. Entre plusieurs coups de fil, Idrissou Akibou, n’aura que le temps de nous livrer les premières précisions. Appelé d’urgence à la prison civile de Lomé, le DG de la DAPR devrait s’y rendre pour rassurer les pensionnaires et tout le personnel.

« Nous avons pris l’initiative nous-mêmes de tester toutes ces personnes », nous a confié le directeur général de la DAPR. Elles sont une soixantaine de personnes testée dans le cadre de la prévention de la contamination en milieu carcéral. Une mesure préventive que l’administration pénitentiaire observe depuis la propagation de la pandémie au Togo.

Les personnes testées positives sont donc des nouveaux déférés. Et comme toute personne déférée, elles devaient passer le test de la Covid-19 et rester en quarantaine le temps nécessaire dans un lieu aménagé à ce propos. Les cas positifs n’auraient donc pas eu de contact avec l’ensemble des détenus. Cette mesure de quarantaine aux nouveaux déférés a été mise en place pour épargner les prisons de la Covid-19. Au même titre, depuis le 13 avril, les visites sont suspendues dans les prisons du Togo.

La coordination nationale de la riposte et l’administration pénitentiaire s’activent depuis ce lundi matin pour renforcer la prévention dans les prisons. De même, le cas échappé du CHR de Lomé est activement recherché, a-t-on appris des sources judiciaires.

(Nous y reviendrons).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

9 − 1 =