Coopération militaire : le ministère français de l’Intérieur en appui à la formation des FDS du Togo

0
1002
formation
Les stagiaires en pleine formation à Lomé

Le ministère français de l’intérieur a financé une série de formations à l’endroit des corps habillés togolais. Ainsi donc, Lomé a été du 16 au 27 septembre dernier, le cadre d’une double formation à l’intention des Forces de défense et de sécurité (FDS) du Togo. La première concernait l’enquête accident / incident aérien. Quant à la seconde, elle était consacrée à la lutte contre la cybercriminalité.

Grâce au financement du ministère de l’Intérieur français, une vingtaine d’enquêteurs OPJ ont bénéficié d’un renforcement de capacité relatif aux enquêtes lors des incidents ou accidents aériens. La formation a été dispensée par le commandant de la brigade de gendarmerie de l’air des éléments français du Sénégal basé à Dakar. Il était assisté par le chef de la cellule d’investigations criminelles de la gendarmerie nationale togolaise.

La vingtaine de stagiaires participant à cette première formation sont issus de plusieurs compagnies. Le service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) ; l’agence nationale de l’aviation civile (ANAC) togolaise et la compagnie autonome de l’aéroport de Lomé (CAAT). Les stagiaires ont par ailleurs bénéficié été mis en situation ; avec des études de cas et des exercices pratiques sur le terrain.

La lutte contre la cybercriminalité, c’est le thème de la seconde formation initiée au profit de 21 fonctionnaires ou militaires de la police et de la gendarmerie togolaise. Elle a permis d’aborder tous les aspects théoriques comme pratiques des enquêtes dans le domaine de la cybercriminalité. Cette deuxième formation a été également dispensée par deux experts français.

Depuis près de deux ans, le ministère français de l’Intérieur s’est inscrit dans une politique d’appui continu aux forces de sécurité togolaises. La fin de cette double formation a été marquée par une dotation de matériels informatiques spécialisés et de logiciels d’investigations.

Clément Gado