Des tentatives de manifestations à Lomé occasionnent deux morts et des blessés

0
927

Des manifestations ou tentatives de manifestations se sont déroulées ce samedi à Lomé et d’autres villes du pays à l’appel de la coalition des 14 p qui exige la fin du processus électoral en cours. Malheureusement, les regroupements ont vite cédé à des affrontements et courses poursuites entre les manifestations et les forces de sécurités dans leur tentative de rétablir la circulation et le calme sur toute l’étendue du territoire national.

Dans un communiqué rendu public dans la soirée de ce samedi, le gouvernement a confirmé le décès de deux personnes dans la banlieue Nord de Lomé (Togblékopé) lors de ces manifestations interdites.

Il déplore ces manifestations « de rue organisées çà et là et les actes de vandalisme qui les ont accompagnés nonobstant les mesures d’interdiction prises à cet effet pour cause de déroulement de la campagne électorale conformément à la loi », tout en précisant que « les auteurs et les commanditaires de ces différents faits répréhensibles répondront de leurs actes au regard des textes en vigueur ».

Pour le gouvernement, qui déroule film de la journée dans son communiqué, « Ce samedi 08 décembre 2018, alors que la campagne électorale en vue des élections législatives du 20 décembre prochain suit son cours sur l’ensemble du territoire national, il a été signalé que quelques individus ont érigé ou tenté d’ériger des barricades sur la route nationale n°1 et d’autres artères dans certains quartiers au nord de Lomé tout comme dans six (06) villes de l’intérieur du pays ».

Aux termes du communiqué, c’est aux environs de treize (13) heures qu’une équipe des forces de sécurité alertée, a découvert 2 corps. Des constatations du médecin commis à cet effet, il ressort que : le premier corps est celui d’un jeune homme âgé d’environ dix-sept (17) ans. Il porte à l’œil gauche une plaie ouverte s’apparentant au point d’entrée d’une balle sans sortie. Le second corps, âgé d’environ trente (30) ans, ne présente aucune trace de blessure par balle.

Les premiers résultats font état de ce que, « des individus non identifiés et armés, circulant à bord d’un véhicule, type 4×4, de couleur noire auraient fait usage de leurs armes dans la zone » et « les investigations sont en cours pour élucider les circonstances de ces faits graves ».

Aussi, le véhicule « en cause ainsi que ses occupants font-ils en ce moment l’objet de recherches actives par les services de police et de gendarmerie ».

A sokodé, le communiqué souligne que les maisons du guide spirituel, Monsieur MALI-OURO et de Esso-Wavana ADOYI ont été saccagées par des individus occasionnant d’importants dégâts matériels.

Il faut enfin relever que ces incidents ont également engendré quatre (04) blessés dans les rangs des forces de sécurité et entraîné l’interpellation de vingt-huit (28) manifestants à Lomé et à Bafilo, assure le gouvernement qui présente ses « condoléances les plus attristées aux familles éplorées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés ».