Exercice naval dans les eaux Togolaises

0
912

Les Unités de la marine nationale ont participé ce jeudi à un exercice dénommé « African Nemo 19.1 », aux larges des côtés Togolaises. L’exercice de simulation, organisé par la préfecture maritime, en collaboration avec la coopération française porte sur le thème de la drogue. Il vise à renforcer les aptitudes des différentes administrations impliquées dans l’action de l’Etat en mer à lutter contre la criminalité maritime et à gérer avec efficacité une crise.

La sécurité dans l’espace maritime togolaise reste et demeure une préoccupation majeure des plus hautes autorités qui s’investissent pour une zone sûre. Dans cette dynamique, la préfecture maritime, dans sa mission de coordination de l’action de l’Etat en mer, organise souvent des exercices de gestion de crise maritime.

En effet, ce 17 janvier, le Centre des Opérations Maritimes (COM) a été alerté de la présence d’un navire transportant de la drogue dans les eaux Togolaises.

Informé de ce sinistre, le commandant de la Marine (COMAR) a rendu compte à sa hiérarchie tout en alertant les forces navales. Saisi de cette situation, le Préfet maritime a mobilisé tous les acteurs. Une cellule de crise composée des administrations concernées a été mise en place.

Ainsi, le COMAR a ordonné un appareillage à bord duquel une équipe a embarqué pour arraisonner le navire et le dérouté vers le port pour la suite de l’enquête.

La finalité de cet exercice est de renforcer l’action de l’Etat en mer du Togo, conformément aux conclusions du sommet sur la sécurité et la sûreté maritimes de Lomé.

Spécifiquement, il a pour but de consolider l’action d’animation et de coordination du préfet maritime. Il vise aussi à renforcer les capacités opérationnelles de la marine nationale, de la gendarmerie maritime, ainsi que des différentes administrations.

Démarré depuis le 14 janvier, le Togo accueille la dernière phase de l’exercice.