Faire de l’artisan un véritable chef d’entreprise

0
793
artisan
DG du FAIEJ, Mme SAHOUDA GBADAMASSI-MIVEDOR (d) - Eugène Nyawamè, DC du Ministère délégué chargé de l'enseignement technique et artisanat (au milieu)

Le Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ) en collaboration avec la Direction de l’Artisanat a lancé jeudi à Lomé une série de sessions de renforcement de capacités entrepreneuriales et managériales à l’endroit de 321 artisans issus de différents corps de métiers.

Ces cessions de formations ont pour objectif d’outiller et de renforcer les capacités des artisans sur les techniques entrepreneuriales, de gestion et de gouvernance d’entreprise en vue de consolider leurs entreprises et de rendre pérennes leurs initiatives économiques.

« A l’horizon 2022, le secteur de l’artisanat devra œuvrer pour la floraison des entreprises artisanales compétitives, créatrices d’emplois et de richesses qui participent au développement industriel et touristique du pays. Le Gouvernement, dans cette veine, s’est fixé pour objectif d’appuyer la création de 4 200 entreprises artisanales. Dans l’atteinte de cet objectif, il s’avère nécessaire de renforcer les capacités entrepreneuriales et managériales des entrepreneurs artisans afin d’accompagner la pérennisation de leurs entreprises », a indiqué la Directrice Générale du FAIEJ, Mme Sahouda Gbadamassi-Mivedor à l’ouverture de la session.

Ainsi, les participants seront outillés durant la formation sur les valeurs et les qualités entrepreneuriales, sur la gestion et la gouvernance d’une entreprise artisanale, sur les notions de modèle économique d’une entreprise, sur l’entreprise et la famille, et sur le marketing de service afin d’améliorer la rentabilité de leur entreprise.

« (…) En effet, les renforcements de capacités dont le démarrage nous réunit ce matin, visent un objectif majeur : faire de vous, chers entrepreneurs artisans, non seulement des artisans de la matière, mais aussi des artisans d’entreprises, qui construisent des entreprises artisanales viables et participent de manière significative au PND », a lancé aux artisans, le représentant du ministre délégué chargé de l’enseignement technique et artisanat, Eugène Nyawamè.

Pour rappel, le secteur de l’artisanat selon les statistiques officielles contribue à 18% au PIB national et est le deuxième pourvoyeur de formation professionnelle et d’emploi pour les jeunes. Aussi, les autres secteurs tels que l’agriculture, l’industrie, le transport, le tourisme dépendent des services des artisans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre + six =