Faure Gnassingbe aurait-il fait embaucher Tikpi Atchadam dans une multinationale en Guinee ?

0
4184
Tikpi Atchadam

Faure Gnassingbé, chasseur de tête au profit de Tikpi Atchadam ? C’est la rumeur qui enfle sur la toile en ce début de semaine. Et ce n’est pas n’importe quel quidam qui lance ce pavé dans la mare. Il s’agit d’Ouro Djipka Tchatchikpi, secrétaire général du Parti national panafricain ( PNP) dont il a été exclu à la veille de la présidentielle dernière, pour « prises d’initiatives personnelles non validées par le parti ».

De fait, dans une conversation téléphonique avec un de ses proches enregistrée à son insu et qui s’est retrouvée sur les réseaux sociaux, l’ancien lieutenant d’Atchadam soutient que celui-ci aurait été recruté dans une filiale du groupe Bolloré à Conakry (Guinée),  grâce à l’intervention du président guinéen Alpha Condé «  pour acquérir de l’expérience professionnelle »  et à la demande du chef de l’Etat togolais. En contrepartie de cette embauche, l’ « homme de Kparatao », en exil depuis 2017,  se serait engagé à mettre la pédale douce dans sa lutte contre le pouvoir de Lomé. Pour le Germano-togolais, la disparition de la scène politique de son leader depuis 3 ans et la relative inaction de son parti, s’expliquent par ce « deal ». Il révèle par ailleurs que l’imam Assan Môla de Sokodé, considéré comme le « gourou » d’Atchadam, ferait aussi partie du marché,  touchant régulièrement une « rémunération ».

Si le PNP n’a pas encore réagi officiellement aux déclarations de son ancien cadre, certains militants l’accusent de vouloir jeter du discrédit sur le parti, pour en récupérer ses militants au profit de la formation qu’il projette de créer dans les prochaines semaines. A UNIR, on déclare ne pas vouloir « en rajouter à une guerre intestine ». « L’histoire situera de toutes façons un jour l’opinion sur la sincérité de l’engagement de certains acteurs » , y commente –t-on ?

En toute hypothèse, l’avenir dira si les accusations portées contre Tipki Atchadam auront raison de son audience et de celle de son parti. On  sait ce que l’affaire des 30 millions du président Alassane Ouattara et les informations sur le recrutement à la Banque Ouest Africaine de Développement ( BOAD)  de la fille de Jean-Pierre Fabre sur intervention de Faure Gnassingbé, ont eu sur la  crédibilité et  l’image de celui-ci , chutant de plus de 36% des suffrages  en 2015 pour ne recueillir que  4% recueillis lors du scrutin de février dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

sept − sept =