Filière Soja : Le Togo, porte flambeau de la filière Soja en Afrique

0
545

Le Togo est devenu en l’espace de cinq ans le premier exportateur mondial de soja bio vers l’Europe. Cette ascension fulgurante de la filière soja dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, est à mettre au compte de certaines initiatives de l’État et du dynamisme des agriculteurs. La Plateforme Industrielle d’Adetikope (PIA), fleuron de l’industrie togolaise,  a récemment annoncé la construction de deux unités de transformation de Soja au sein de la zone. 

Après le coton, c’est au tour du soja de connaître son âge d’or au Togo. Les surfaces dédiées à sa culture y ont doublé dans ce pays en seulement quelques mois. De 46 153 MT en 2015, elles sont passées à 203 389 MT en 2021, soit une croissance de plus de 340 %. La production annuelle de 2021 était supérieure à 250 000 tonnes. C’est cinq fois plus qu’en 2015.

La dynamique actuelle de la filière soja fait le bonheur des agriculteurs qui bénéficient de plus en plus de l’accompagnement du gouvernement via le Mécanisme Incitatif de Financement Agricole (MIFA). Crée le 25 juin 2018, le MIFA a pour rôle de financer et d’accompagner techniquement les projets relevant du secteur agricole togolais. À travers sa création, l’État rassure quant à sa volonté de promouvoir ce secteur, en vue de l’accroissement de sa productivité. Grâce à l’entrée récente de PIA dans l’actionnariat du MIFA, l’organisme a pu accroître son support technique et financier auprès des agriculteurs et des coopératives locales.

Togo Soja, une entreprise nouvellement installée sur la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA), achève bientôt la construction de deux unités de transformation sur ce site situé à 27 km du Port autonome de Lomé. La création de ces usines permettra d’accroître considérablement la transformation locale de soja. En cela, le MIFA entend apporter aux agriculteurs de la filière des moyens conséquents pour en bénéficier. « La construction de cette usine de transformation locale de soja dans la zone industrielle d’Adétikopé, correspond parfaitement à l’ambition du gouvernement de faire du Togo un pays capable de transformer à 100% sa production de soja. Le MIFA apporte un appui financier et technique aux agriculteurs, afin qu’ils puissent être en mesure de satisfaire les besoins en matière première de ces unités de transformation. » a déclaré Monsieur Kodjo Aristide AGBOSSOUMONDE, Directeur général du MIFA.

Transformer sur place la production locale, le directeur du MIFA ne croyait pas si bien dire. Les pays africains en général et le Togo en particulier, sont encore trop dépendants du commerce de leurs matières premières à l’état brut et de l’importation de produits manufacturés. Pour rendre son économie attractive, il apparaît impératif de développer le pôle industriel national.

Estimé à 25 millions de dollars US (soit plus de 16 milliards de Francs CFA), cet investissement va positionner le Togo comme un exportateur de référence d’huile de soja dans la sous-région. Pour Monsieur…, Responsable opérationnel de la nouvelle usine de transformation, les deux unités de transformation sont dotées d’infrastructures de pointe, favorisant ainsi le développement de l’économie locale. Il ajoutera « Outre lhuile de soja, d’autres produits dérivés comme la lécithine, le Soja Hi-pro, le Soja grillé ou la Farine de soja y seront également fabriqués, selon les standards de qualité et d’hygiène internationaux . »

La mise en place de cet écosystème visant à créer une chaîne de valeur de bout en bout, avec une attention particulière portée sur l’agriculteur togolais et l’amélioration de ses revenus, devrait agir en tant qu’accélérateur de l’industrialisation togolaise. L’impact social et économique du projet se mesure déjà par le nombre de coopératives qui y participent, elles sont 162 au total et proviennent de 1 400 villages. Plus de 100 000 agriculteurs mobilisés pour produire le soja disposent d’une superficie cumulée de 150 000 Ha. « Il y a quelques années, nos productions de soja étaient de moins d’une tonne et ne trouvaient pas de débouchés fructueux et pérennes. Aujourd’hui, nous produisons plusieurs tonnes chaque année et avec la construction de ces deux unités de transformation à PIA, nous avons désormais la garantie que nos productions pourront être écoulées intégralement. C’est un grand soulagement pour tous les planteurs de la filière soja du Togo. » nous a assuré un agriculteur de la préfecture de HAHO dans la région des plateaux du pays.

Les agriculteurs togolais bénéficient également d’un accompagnement technique de la part de la MIFA, leur permettant de résoudre les problèmes de durabilité associés à l’agriculture. Ce sont environ plus de 2 000 ‘’model farms’’ qui contribuent actuellement à la production agricole pro-climat. 10 000 ha de terres ont été couverts de biostimulants pour réduire le stress des cultures, ce qui garantit une augmentation du rendement des cultures de plus de 20 %.