Formation: signature de contrat de partenariat entre Scan Togo Mines SA, Heidelberg Cement Group et la GIZ

0
321
formation
La signature de contrat de partenariat à Lomé

Dans le but de préparer l’introduction d’un système de formation moderne pour les métiers  de la maçonnerie et de menuiserie, un projet de  formation est lancé par SCAN Togo Mine SA et la GIZ Togo. Sont concernés par ce projet qui entre ainsi dans sa phase opérationnelle, 200 jeunes et maîtres artisans du canton de Tokpli (préfecture de Yoto). Le but est de promouvoir la construction d’habitations écologiques de  qualité dans le secteur du bâtiment. La signature de ce contrat de partenariat scelle donc les accords autour de ce projet.

Le projet va durer trois ans. Il consiste, entre autres, en une formation dans la droite ligne de la politique nationale qui promeut le partenariat public-privé. Aussi, est-il en adéquation avec le thème de la « promotion d’un développement économique durable » de la GIZ Togo. C’est un projet qui ambitionne de s’attaquer aux défis comme la complexité du système de formation professionnelle, l’inadéquation formation-emploi et le manque de ressources opérationnelles.

Ce projet s’inspire du Programme de Formation Professionnelle et Emploi des Jeunes (ProFoPEJ) mise en œuvre par la GIZ. Sont impliqués dans ce projet, le ministère de l’enseignement technique, de la formation et de l’insertion professionnelle ; le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) et d’autres partenaires.

Des bénéficiaires bien ciblés

Trois groupes cibles vont bénéficier de ce projet : les artisans des métiers de la maçonnerie et de la charpente ayant au moins cinq années d’expérience professionnelle. Ensuite, des artisans qui dispensent déjà des formations en entreprise et qui souhaitent se lancer dans la formation professionnelle. Et en fin, les personnes âgées de 15 à 35 ans sans formation souhaitant apprendre un métier.

« Notre ambition est de proposer aux communautés proches, des initiatives concrètes, qui nous l’espérons, permettront d’améliorer durablement leurs cadres et conditions de vie », a expliqué Eric Goulignac, Directeur Général de SCANTOGO. 40 formateurs endogènes recevront des formations dans des ateliers d’apprentissage. Cinq autres ateliers vont réunir 200 jeunes sous des thèmes comme : le système de formation en alternance, le genre, la fiscalité, l’emploi formel et informel. Il faut noter que l’Etat Togolais encourage vivement ce modèle de partenariat public-privé.

Bassane RAMINA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-neuf − six =