Internet : Vive la concurrence!

0
909

Au Togo, le marché de l’internet, autrefois trusté par Togo Télécom et Café Informatique sur le segment filaire et disputé sur le « sans fil » par le duopole TogoCel-Moov, est devenu très dynamique et fortement concurrentiel. En seulement un peu plus d’un an après le démarrage de la phase opérationnelle des nouveaux Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) à savoir Teolis et Groupe Vivendi Africa-Togo (GVA), le marché togolais de l’internet s’est complètement métamorphosé.
Depuis lors, les FAI rivalisent de qualité et de coût de leurs prestations, évidemment à l’avantage des consommateurs. La guerre des offres a débuté, en phase avec les attentes de Cina Lawson, ministre des Postes, de l’Economie numérique et des Innovations technologiques, alors qu’elle officialisait en juin 2017 l’attribution des licences à ces deux fournisseurs d’accès Internet (FAI): « Les objectifs poursuivis par ces attributions de licences, sont d’améliorer la qualité de l‘Internet au Togo et d’assurer l’accessibilité des services de télécommunications à des prix remarquablement compétitifs», a-t-elle déclaré. Les deux FAI y étaient allés de leurs enchères. Robert Eklo, administrateur de TEOLIS déclare en ce sens : « Il ne s’agit pas de faire du profit et de partir. Nous avons quelque chose de Togolais et nous avons une proximité culturelle avec les Togolais. Nous pensons savoir ce qu’il leur faut et ce qu’ils attendent et nous serons plus à même de répondre à leurs attentes. Nous allons essayer de desservir les futurs aéroports, les futurs centres de développement, et participer au développement de ce pays (…) On a intérêt à ce que ça marche, c’est le plus important ». GVA table pour sa part sur la dernière
technologie, le FTTH (Fiber-to-The Home) et annonce son ambition d’offrir la meilleure qualité de service incluant la plus grande vitesse et des débits illimités avec ses partenaires. A terme, l’idée est de « faire du Togo, en démarrant par Lomé, un véritable pôle numérique de l’Afrique de l’Ouest ».

Vue synoptique de certaines offres

Aujourd’hui, les Togolais peuvent fricoter avec le haut et le très haut débit. Ces concepts qui leur semblaient presque théoriques viennent d’être démythifiés et font désormais partie de leurs réalités quotidiennes. En dehors des offres Corporate (entreprises) qui se diversifient, Teolis, 1er FAI à se déployer après l’attribution des deux licences, a conçu pour le grand public (les ménages et les startups), le « forfait Dream ». Les frais d’installation sont fixés à 80 000 FCFA tandis que les forfaits varient de 20 000 à 59 000 FCFA. Avec 20 000 FCFA, le client a droit à un forfait illimité de 4 Mbps. Le consommateur togolais a désormais le choix entre des offres d’internet aussi compétitives les unes que les autres. GVA par exemple apporte la fibre optique à domicile d’abord avec 45 000 FCFA pour le box et 30 000 FCFA d’abonnement mensuel
illimité.

C’est l’offre CanalBox. Le débit annoncé est 33 Mbps. Depuis quelques semaines, le box n’est plus accessible qu’à 30 000 FCFA. Dans sa dynamique de démocratiser l’accès au très haut débit, cette filiale togolaise de GVA vient de faire une nouvelle offre de fibre optique à domicile avec 30 000 FCFA pour l’acquisition du Box et 15 000 FCFA d’abonnement mensuel illimité de 12 Mbps. C’est la nouvelle offre dénommée START. Les abonnés apprécient cette concurrence qui leur procure tant de bonheur et de bien. « Qui aurait pu prédire ce foisonnement d’offres internet relatives au haut débit et au très haut débit quelques jours même avant l’attribution des licences aux deux nouveaux FAI ? », s’interroge Clément, exploitant d’un centre de Hot Spot à Gblinkomé.
D’autres mettent l’accent sur le service après-vente qu’ils expérimentent et estiment à la hauteur de leurs attentes en tant que clients. En termes d’expérience client, certains FAI semblent effectivement se démarquer en se mettant à l’écoute de leurs clients et en réagissant quasi-spontanément à leurs préoccupations. Sur la même période, les abonnés Togocel et Moov bénéficient de la connexion 4G. L’opérateur public de téléphonie dont le projet d’ouverture de capital aux privés ne s’est pas encore concrétisé, est d’ailleurs en pleine extension de sa couverture 4G à l’échelle nationale.

Autrefois en retard par rapport à ses voisins, le marché togolais de l’internet reste aujourd’hui très concurrentiel, offrant du coup aux populations la possibilité de choisir l’offre qui leur convient le mieux.

Innover ou disparaître

Ces chamboulements de l’écosystème induits par l’arrivée des deux nouveaux FAI ne laissent pas de marbre l’aîné des opérateurs télécoms au Togo. En effet, Togo Telecom intègre cette nouvelle dynamique pour conserver une bonne partie de ses anciens clients qui ne sauraient résister, simple question de bon sens, aux offres de la concurrence. Sur le segment filaire, il propose depuis quelques jours une nouvelle offre dénommée Double Play Data et Voix avec à la clé, six options en forfait illimité. Ces options partent de 12 000 FCFA par mois pour 12 Mbps à 49 000 FCFA FCFA par mois pour 100 Mbps.
Sur le segment Voix de ces offres Double Play, il est prévu des minutes d’appels de Togocel vers Togocel et vers certains pays à l’international. Il est évident qu’avec la nouvelle donne, ceux des FAI qui refusent d’innover en termes d’offres intéressantes, compétitives et dans une certaine mesure accessibles, resteront à la traîne. Soit ils s’adaptent soit ils disparaissent de l’écosystème numérique. C’est la loi de la concurrence. Et dans cette configuration, le consommateur reste le seul et véritable juge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre × quatre =