La phase des réparations collectives et communautaires lancée à Djéréhoué

0
850
réparations collectives et communautaires
Awa-Nana Daboya, Présidente du HCRRUN-Archives

Conformément à la recommandation 54 de la CVJR, le HCRRUN a lancé samedi le volet réparations communautaires et collectives à Djéréhoué.  Le choix de cette localité pour le lancement des opérations se justifie par le faite que cette localité a connu des conflits communautaires  ayant fait intervenir le HCRRUN pour trouver des solutions idoines. Djéréhoué est une  localité située à une dizaine de kilomètre d’Atakpamé.

Avec le lancement officiel des réparations collectives et communautaires dans cette localité, le processus de réconciliation nationale entre donc dans une nouvelle phase. En effet, la réparation collective et communautaire consiste à aider les populations à surmonter les différends qui ont refroidi les relations inter communautaires.

Le choix de la méthode

A Djéréhoué, des séances d’écoute et de discussion aux cotés des différentes communautés et des groupes sociaux en conflit tels que celui des femmes et des jeunes sont programmées. Les autorités administratives, religieuses, traditionnelles, et les élus locaux ne seront pas en marge de cette démarche dont la finalité est la réconciliation. A l’issu de ces assises, les communautés en conflits pourront réaliser des projets de développement et d’intérêt commun en signe de leur bonne foi d’avancer ensemble pour le bien de leurs communautés.

Le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au  Renforcement de l’Unité Nationale met alors en œuvre le programme des réparations des victimes liées aux violences sociopolitiques qu’a connues le Togo de 1958 à 2005. Restitution, indemnisation, réadaptation, satisfaction, garantie de non répétition et réparation collectives et communautaires sont, entres autres, les méthodes de réparation recommandée par la commission vérité justice et réconciliation.

Bassane RAMINA