Le changement climatique au cœur de la 1ère conférence mondiale du journalisme scientifique francophone

0
275

Démarrer le 10 octobre dernier, les travaux de la première conférence mondiale des journalistes scientifiques francophones ont pris fin samedi dernier à Dakar sur une note de satisfaction.

Initiative du Réseau des journalistes scientifiques d’Afrique francophone (RJSAF), cette conférence avait pour entre autres objectifs de bâtir une communauté de journalistes scientifiques francophones, mieux aguerris, mieux formés et mieux outillés pour mieux jouer leur rôle face aux crises actuelles notamment face à la crise climatique.

« Couvrir les changements climatiques est un défi d’autant plus grand que ce thème touche toutes les sphères de la société et tous les domaines de la science, que l’on parle de climatologie, d’adaptation aux changements climatiques, d’environnement, de biodiversité, d’agriculture, de santé, de maladies émergentes ou négligées, de sécurité alimentaire. Les journalistes scientifiques ont un rôle prépondérant à jouer pour une meilleure compréhension du public du changement climatique et à une prise de conscience de la gravité de la situation environnementale », a confié Kossi Elom Balao, président du Réseau des Journalistes Scientifiques d’Afrique Francophone (RJSAF).

Ayant réuni plus d’une soixantaine de journalistes d’Afrique, de la France, de la Suisse et du Québec, cette rencontre de Dakar a été marqué par des conférences et panels d’experts dans une perspective de construction d’une connaissance scientifique commune et des relations privilégiées entre journalistes et scientifique.

De fait, cette conférence a été une opportunité de partage des outils de travail et d’acquisition de nouvelles compétences techniques de traitement de l’information scientifique. Elle a aussi permis d’établir des collaborations et partenariats entre journalistes et scientifiques.

Au-delà des travaux de la conférence qui se sont déroulés au CESTI, les journalistes ont effectué des visites de terrain notamment dans la zone maraîchère des Niayes, d’agroforesterie dans la zone de Niakhar, ainsi que dans les laboratoires de l’Institut Pasteur de Dakar et le studio de RFI à Dakar.