Le discret agrégé portera la parole du Gouvernement

0
1463

Pour sa première au Gouvernement, hériter à la fois des Médias et du Porte-Parolat, n’est pas forcément un cadeau. Mais le Pr Akodah Ayéwouadan est pétri de talents et un homme de défis. Ses  premières  sorties  lors de la passation de services et plus tard sur une station radio de la place ont déjà convaincu son auditoire que ce discret agrégé de droit est dans sa fonction.

Les juristes et ceux qui ont l’opportunité d’assister à l’une de ses communications, délivrées avec maestria lors d’ateliers, de séminaires ou de colloques au cours desquels il fut intervenant, gardent toujours un souvenir impérissable de ce technicien de droit comme il en existe peu dans notre pays. Il reste cependant un inconnu pour le grand public, sauf pour ses étudiants toujours impressionnés par ses connaissances et son art oratoire et pédagogique, ou pour le monde universitaire qui l’a côtoyé comme directeur des prestations de service de l’Université de Lomé pendant 3 ans.

Docteur en droit privé et sciences criminelles en 2010, récipiendaire du Certificat d’aptitude à la profession d’avocats en 2012 , et agrégé en droit privé et sciences criminelles en 2015, ce quadra dirigeait jusqu’à sa nomination comme ministre de la Communication, des Médias et Porte-Parole du gouvernement, l’Institut des Métiers de la Mer et le Master de Droit privé de l’UL.

Consultant pour plusieurs organisations internationales, il est l’auteur d’une multitude de publications dont celle à paraître sur « l’encadrement juridique des réseaux sociaux en droit togolais » viendra à point nommé. Il aura la lourde charge de contribuer à la professionnalisation d’un secteur médiatique en proie à d’énormes difficultés, liées aussi bien à la qualité des ressources humaines qu’à la rareté des ressources financières. Les questions de la structuration des organes de presse, de la formation des journalistes, de la responsabilisation du métier ainsi que de son financement devront être au cœur de sa lettre de mission. Le milieu médiatique connu pour être difficile et imprévisible tolère rarement le moindre faux pas. Aucun état de grâce ne lui sera accordé par cette corporation bien particulière.

L’autre challenge sera de porter la parole gouvernementale, charge que nul n’a assumée officiellement depuis Pascal Bodjona il y  a 7 ans. Difficulté supplémentaire, il assurera ce rôle en binôme avec Christian Trimua, un autre juriste, avec lequel il faudra cependant systématiquement s’harmoniser et s’accorder. Ce qui ne sera pas une partie de plaisir au vu de leurs tempéraments  respectifs; le Pr Ayéwouadan incarnant le soft, monsieur Trimua le hard. «  Akodah n’a jamais fait le choix ni la promotion de la facilité ni de l’approximation », rassure un de ses proches.