Togo : 320 000 enfants seront protégés contre la rougeole et la rubéole

0
920
A Congolese child is vaccinated during an emergency campaign of vaccination against yellow fever in Kisenso district, of the Democratic Republic of Congo's capital Kinshasa, July 20, 2016. REUTERS/Kenny Katombe/File Photo - RTX2L8MH

Le ministère de la santé et de l’hygiène publique officialisera le 30 janvier prochain, l’introduction de la deuxième dose du vaccin combiné contre la rougeole et la rubéole dans la vaccination de routine. Le lancement couplé d’une campagne nationale se déroulera à Djarkpanga dans la préfecture de Mô (Nord Togo).

« Cette deuxième dose va permettre de booster l’immunité de la première dose administrée aux enfants de 9 mois », a indiqué le ministre de la santé, Professeur Moustafa Mijiyawa qui ajoute que pour toute l’année 2019, 320 000 enfants de 15 mois d’âge seront vaccinés.

« La rougeole a plusieurs impacts sur nos enfants. Il y a les risques de la diarrhée, d’atteinte des yeux et du cerveau. Et compte tenu du fait que ça peut provoquer la diarrhée et le vomissement, cela peut conduire également à une déshydratation massive des enfants. Lorsque la rubéole touche une femme enceinte, il y a les risques d’avortement, d’accouchement prématuré et de malformation pour les enfants. C’est donc des problèmes majeures que posent ces deux maladies qui sont provoqués par des virus », a relevé le ministre de la santé.

Le coût de l’introduction est évalué à plus de 120 millions F Cfa. Les ressources humaines à mobiliser et former sont estimées à 1500 prestataires.

D’après les spécialistes, la rougeole demeure l’une des maladies à prévention vaccinale les plus meurtrières chez l’enfant. Les symptômes se manifestent notamment par une forte fièvre et une grave éruption cutanée. Grâce à l’introduction répandue du vaccin contre la rougeole, les décès dans le monde ont chuté de manière spectaculaire. Avant 2001, plus de 750 000 enfants mouraient chaque année de la rougeole. Selon l’OMS, les décès par rougeole dans le monde ont chuté de 79 % entre 2000 et 2015, selon l’OMS.

La rubéole aussi ne représente plus la menace qu’elle était autrefois dans de nombreux pays grâce à la généralisation de la vaccination.

Depuis Cinq ans, le Togo n’a plus enregistré de décès dû à la rougeole, s’est félicitée la représentante de l’OMS au Togo, Dr Fatouma Binta Tidiane Diallo.

Cette dernière a indiqué être réconfortée par les actions du pays et surtout son engagement à poursuivre les actions de lutte et de surveillance malgré les avancés enregistrés.

« La deuxième dose du vaccin combiné rougeole-rubéole permettra aux enfants qui n’ont pas pu être totalement immunisés lors de la vaccination de la première dose à 9 mois, de se rattraper à 15 mois. Ceci est possible parce que le Togo a réussi à introduire correctement la première dose et a atteint des résultats tangibles. Nous espérons qu’avec l’introduction de cette deuxième dose, tous les enfants seront immunisés et le Togo pourra atteindre les objectifs fixés au niveau mondial avec la fin de la rougeole et la rubéole d’ici 2020 », a laissé entendre la représentante de l’OMS.

L’introduction de la deuxième dose du vaccin vise quatre objectifs : améliorer la santé maternelle et infantile, atteindre et maintenir l’objectif d’élimination de la rougeole, diminuer l’incidence de malformation congénitales dues à la rubéole puis accélérer les progrès pour contrôler ces deux maladies potentiellement mortelles.