Les chéloïdes, ces « honteuses » cicatrices

0
2115

Tumeurs fibreuses bénignes de la peau, les chéloïdes sont souvent dues à la mauvaise cicatrisation d’une plaie. Aussi fréquentes autant chez l’homme que la femme, elles apparaissent quel que soit l’âge. Elles sont davantage observées sur les peaux noires ou foncées. Les chéloïdes se développent habituellement sur une lésion provoquée par des acnés, des brûlures, la varicelle, des coupures, des piqûres d’insectes, des perçages, des cicatrices d’interventions chirurgicales, des tatouages, des vaccins. Toutefois, il faut noter qu’il arrive que ces tumeurs de la peau apparaissent spontanément. Si certaines personnes sont prédisposées génétiquement à développer les chéloïdes, a contrario d’autres n’en souffrent pratiquement pas. « La formation d’une chéloïde n’est pas déterminée par la gravité de la lésion, même une légère abrasion de la peau peut être à l’origine de cette affection » affirme ce médecin dermatologue de l’hôpital Bon Secours sous le sceau de l’anonymat. Elle se développe sur une cicatrice lorsque certaines cellules de la peau appelées fibroblastes produisent des quantités excessives de collagène.

« Elles peuvent se former pendant la cicatrisation de la lésion ou prendre plusieurs mois voire des années à se développer et il arrive que la croissance continue indéfiniment », ajoute t-il. Comment reconnaitre une chéloïde ? Fermes, surélevées, lisses et luisantes, les chéloïdes sont souvent de couleur rose ou rouge ou d’une couleur beaucoup plus foncée que celle de la peau adjacente. A la différence des cicatrices hypertrophiques, elles s’étendent toujours plus loin que le bord du site de la blessure et peuvent se produire sans qu’une blessure ait causé leur présence. Toutes ces caractéristiques peuvent changer avec le temps.

Selon le médecin interviewé, toutes les parties du corps humain ne contractent pas des chéloïdes. Le visage, les oreilles, la partie inférieure de la jambe, le centre de la poitrine et le cou sont les parties sur lesquelles elles sont plus susceptibles d’apparaitre. Parce qu’elles font partie des éléments qui réduisent la beauté humaine, elles inspirent la honte pour ceux qui les portent. Il est en outre difficcile de les gérer compte tenu de leur localisation sur le corps. Selon leur apparence et leur localisation, elles peuvent provoquer une certaine détresse psychologique car elles sont susceptibles de devenir très saillantes. Les chéloïdes peuvent nuire à certains mouvements, en particulier si elles siègent sur une articulation.

Comment traiter les chéloïdes?

A l’heure actuelle, il n’y a pas de méthode efficace pour prévenir l’apparition des cicatrices chéloïdiennes sur la peau noire, ni des méthodes efficaces pour les traiter. « On ne peut que les gérer. Et pour ce faire, seul un spécialiste en la personne du dermatologue peut vous aider », dit le docteur. Généralement il est pratiqué l’ablation chirurgicale des cicatrices. Mais de cette ablation, 45 à 100% des personnes verront leur cicatrice réapparaitre si l’intervention chirurgicale n’est pas suivie ou combinée à une autre forme de traitement. Et selon le docteur, il se peut que la nouvelle cicatrice soit plus grande que l’originelle. Pour ne pas en arriver à une nouvelle opération, les dermatologues injectent souvent des stéroïdes, l’un des éléments de base de traitement et de prévention, directement dans la cicatrice. C’est dire donc que les stéroïdes aident à prévenir l’inflammation et à promouvoir la dégradation du collagène. En somme, si vous avez des antécédents de chéloïde et que vous devez subir une intervention chirurgicale, discutez avec votre chirurgien des stratégies permettant d’éviter la formation de chéloïdes. De plus, ceux qui ont tendance à avoir les chéloïdes doivent éviter de se soumettre à du perçage ou à des interventions chirurgicales non nécessaires.