Les dirigeants de la CEDEAO s’engagent pour la consolidation de l’intégration: ouverture de la 55ème session ordinaire des chefs d’État

0
748

La 55ème session ordinaire de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a débuté aujourd’hui,  29 juin 2019 à Abuja, au Nigeria.  Le président Faure Gnassingbé   et ses pairs planchent sur plusieurs dossiers dont la dénomination de la  future monnaie.

Dans son allocution de bienvenue, le président de l’autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO et président du Nigéria, Muhammadu Buhari, a souligné l’engagement des dirigeants de l’Afrique de l’Ouest à consolider l’intégration de la région.

«Le fait que nous nous soyons réunis aujourd’hui pour débattre de l’évolution de notre sous-région témoigne de notre engagement soutenu en faveur de la consolidation de notre intégration en tant que communauté. Je salue les pas de géant accomplis par la CEDEAO à cet égard », a-t-il déclaré.

Le Président Buhari a également salué les efforts collectifs et individuels déployés par les États Membres pour promouvoir la bonne gouvernance, la paix, la stabilité et le développement socio-économique de la sous-région. Il a souligné qu’ils devaient rester concentrés sur leurs efforts collectifs pour faire de la sous-région un espace de paix et de sécurité.

Il a ajouté que malgré les progrès globaux appréciables réalisés par les États membres, en particulier dans le domaine de la gouvernance politique, la sous-région continue de faire face à des problèmes de sécurité considérables.

«Nous sommes tous témoins des incidents récurrents d’affrontements intercommunautaires, de conflits entre éleveurs et agriculteurs, de banditisme et d’attaques terroristes dans tous nos pays», a-t-il déclaré.
Selon le président Buhari, ces troubles sapent tous les efforts visant à réaliser la pleine intégration régionale. Il a donc appelé les autres chefs d’État à agir collectivement, dans l’intérêt de la stabilité régionale, des peuples et de leurs moyens de subsistance, afin de mettre fin à la menace en adoptant une stratégie commune aux niveaux national et régional.