Les forces de sécurité et de défense formés sur la protection des biens culturels en période de conflit

0
255
biens culturels
Les participants à la formations sur la préservation des biens culturels en période de conflit

En période de conflit, les biens culturels sont très souvent pillés et font objet de trafics illicites à travers le monde. Face à cette réalité, les institutions internationales en charge des questions culturelles forment les forces de sécurité et de défense sur la maîtrise des instruments juridiques nationaux et internationaux en la matière. Une formation a débuté en ce sens ce mercredi à Lomé.

Cette formation à l’intention des forces de sécurité et de défense est organisée par le centre d’Etudes Linguistiques et Historiques par Tradition Orale (CELHTO). Venus du Benin, du Burkina Faso, de la Cote d’Ivoire, du Niger, du Sénégal et du Togo, les participants à la rencontre de Lomé vont donc être outillés; afin qu’ils soient à même d’identifier et de préserver les biens culturels contre les trafics et le vandalisme en période de conflits armés.

La formation de Lomé est initiée avec l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) et le Centre Régional de Nations Unies pour la Paix et le Désarmement (UNREC). Elle va alors durer trois jours. Elle fait suite à celle de Kigali organisée en juin dernier, et où les pays comme le Cameroun, le Congo, la RD Congo et le Rwanda avaient pris part.

Le coordonnateur du CELHTO, Komi N’kégbé Foga Tublu a rappelé aux différents acteurs présents que « durant les moments de tension et de crispation divers que sont les périodes de guerre, la culture constitue un bouclier et un socle de reconstitution du vivre ensemble(…). Cet atelier ambitionne donc de faire des forces de maintien de la paix, des acteurs conscients des enjeux de protection du patrimoine culturel ».

Bassane RAMINA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

5 + treize =