Les personnalités de l’an 2018 au Togo : le distributeur de gaz, l’e-entrepreneur, la dame de la base, le médecin des démunis,

0
1222

Suite et fin de la série des personnalités Togolaises ayant marqué l’année 2018. Après celles des secteurs
de l’économie, finance et politique, Focus Infos vous dévoile la dernière liste des hommes et femmes qui se sont illustrés au cours de l’an passé dans les domaines de l’entrepreneuriat, l’innovation, l’environnement, le sport et la culture notamment.

Dr Michel KODOM, le médecin des démunis

Amener l’hôpital vers les populations. Ce défi, le Dr Michel KODOM le réussit entouré de son équipe et de plusieurs bonnes volontés. Ainsi, chaque année ce sont des dizaines de milliers de patients qui sont pris en charge sur le territoire national, gratuitement. Avec le programme des cantines scolaires, 91 394 élèves du préscolaire et de du primaire ont bénéficié de repas chauds à l’école.

Mme Victoire Tomégah-Dogbé, la dame de la « base »

Malgré ses hautes fonctions, l’expression qui la caractérise le mieux est « femme de terrain ». Depuis plusieurs années, Mme Victoire Dogbé pilote avec réussite la politique gouvernementale pour promouvoir, soutenir et accompagner le développement harmonieux des communautés à la base, des jeunes, des femmes et des artisans. De fait, en 2018 ce sont 40 infrastructures socioéconomiques qui ont été installées, soit 312 unités d’infrastructures réalisées au profit des communautés, 50 plateformes (PTFM) dont 43 solaires. On retiendra que 3225 femmes de 123 groupements ont eu droit à des cours d’alphabétisation, 317 groupements d’intérêt économique financés, 112 nouveaux quartiers urbains accompagnés dans le cadre de la gestion de leur développement ou encore 530 comités de développement à la base restructurés. Avec le programme des cantines scolaires, 91 394 élèves du préscolaire et de du primaire ont bénéficié de repas chauds à l’école.

Emmanuel SOGADZI, au nom des consommateurs

Les consommateurs ont enfin un défenseur. Emmanuel SOGADZI fait de la cause consumériste son cheval de bataille. Non content d’être seulement dans la dénonciation, à la tête de la Ligue des consommateurs du Togo (LCT), Sogadzi est aussi sur le terrain pour des visites inopinées de contrôle de la qualité des articles. Le scandale des implants périmés a été l’un de ses faits d’armes en 2018.

Bemah GADO, le jeune qui croit à la valeur des déchets

Jeune entrepreneur, Bemah Gado s’est fait distinguer par les performances de son entreprise « Green Industry Plast Togo ». Spécialisé dans le recyclage des déchets plastiques, Bemah aura reçu 4 prix durant l’unique année au plan national qu’internationale. Il est sélectionné parmi les 35 jeunes leaders qui impactent l’espace francophone et a reçu le « Prix Jeunesse Francophone 35<35 ». Il remporte le prix « Energy globe award », au titre du meilleur projet national parmi 182 pays du monde sélectionnés. Bemah Gado a reçu aussi une distinction de Africa Clean Up et de l’ONG International Jeunes Volontaires pour l’Environnement. Le Jeune qui a pour crédo « le déchet n’est pas déchet mais une mine d’or, parce que tous les déchets sont recyclables et aucun déchet ne doit retourner à la nature en état» sera aussi primé par l’ANPGF pour la qualité de son projet de recyclage Yao AZOUMAH, le promoteur du concept des groupes solaires

Peu connu par les Togolais et des médias, ce jeune s’est illustré positivement par son projet soumis à la BOAD pour le concours « le prix de la start-up dans les énergies renouvelables ». Son projet « Groupes électro solaires » a été sacré meilleur devant des centaines soumis par les entrepreneurs des huit pays de l’UEMOA et a emporté la somme de 30 millions FCFA. Dès lors, Yao Azoumah s’est fait un nom parmi ceux qui croient dur comme fer au développement de l’énergie propre. Son projet, porté par sa société KYA-SoP ambitionne de fournir le solaire autrement, tout en créant de l’emploi et en assurant une expertise togolaise

Edem d’Almeida, l’homme qui transforme les déchets en or

Il n’arrête pas d’être honoré et récompensé. En avril prix spécial de l’entrepreneur de l’économie verte en Afrique au forum des bâtisseurs de l’économie africaine à Abidjan. En novembre une nomination «meilleur projet Aménagement des villes en Afrique» au Africa Investments Forum and awards à Paris aux côtés du groupe Suez et du gouvernement Kenyan. Le même mois, en marge du sommet des chefs d’État, invité à intégrer le «Expert working group» à l’union africaine pour la tenue du «enterprise Africa network» etc.. Il faut dire que le jeune Togolais Edem d’Almeida, à la tête d’ Africa Global Recycling, une PME togolaise, expert du cycle de gestion de l’environnement et du cycle de valorisation des déchets installée à Lomé depuis 2013, a de la suite dans les idées et un fort engagement en faveur de la cause verte. Placer le déchet au coeur du développement de notre pays et du continent avec la définition d’un nouveau modèle économique et de l’innovation sociale, tel est son credo. Il fait de la récupération, du tri et le conditionnement des déchets recyclables (papiers cartons plastiques métaux équipements électriques et électroniques, verre) et dispose du seul centre de tri du pays doté d’un process industriel. Il vient de lancer le projet «100 écoles & Moi Jeu Tri» qui vise à équiper 100 écoles sur chaque année scolaire de bacs de tri sélectifs avec l’appui de la coopération allemande, la coopération française, la fondation SGMT, la brasserie BB

Dona ETCHRI, l’e-entrepreneur

Promoteur et concepteur de la plateforme E-agribusiness, le Togolais a marqué 2018 en différents horizons. Il a été le gagnant du concours Pitch Agrihack Talent 2018, et empoché 15 000 euros, soit environ 10 millions FCFA. Ce concours, lancé par le Centre de Technique Agricole (CTA) en marge du 8ème Green Revolution Forum (AGRF) à Kigali (Rwanda), veut contribuer à la « transformation du secteur agricole et à la promotion de l’emploi des jeunes ». Dona Etsri a été le premier invité de l’initiative « parcours créatifs » lancée par la Cellule Présidentielle d’Exécution et de Suivi des Projets Prioritaires (CPES) pour permettre aux modèles de partager leurs expériences avec d’autres jeunes. La plateforme dont il est le concepteur fut au cœur de l’implantation du MIFA-mécanisme incitatif de financement agricole lancé par le gouvernement. C’est une parfaite année réussie pour ce jeune entrepreneure qui souhaite installer une marché virtuelle entre les vendeurs, acheteurs, agriculteurs, producteur et les banques.

Koku KLUTSE, le distributeur de gaz

A 26 ans, manager d’une société spécialisée dans la promotion des énergies vertes Koku KLUTSE a fait briller le drapeau togolais en remportant le prix francophone de jeune entrepreneur 2018 pour la deuxième fois consécutive lors du sommet de la Francophonie tenue à Erevan (Arménie). Sa société livre du gaz butane à domicile partout à Lomé et ses environs avec la possibilité de paiement du coût par tranche hebdomadaire. Outre ce prix, il a été sacré au plan national troisième au concours ANGPF (l’Agence Nationale de Promotion et de Garantie de Financement des PME/PMI ) de l’année.

Olowo-n’djo TCHALA, le Togolais au pays de l’Oncle Sam

Le fondateur de la société Alaffia, Olowo-n’djo TCHALA originaire de Kamboli, à 90 km à l’est de Sokodé est un success story. Son entreprise installée dans l’Etat de Washington et au Togo contribue à réduire la pauvreté et à faire progresser l’égalité des sexes grâce au commerce équitable des ressources locales d’Afrique de l’Ouest. En 2018, il a remporté l’Award for Corporate Excellence 2018 du département d’Etat des Etats-Unis. Fondée en tant qu’entreprise sociale, Alaffia consacre 15% de ses ventes de commerce équitable à des projets communautaires dans les zones rurales du Togo afin d’améliorer la santé maternelle et infantile, de promouvoir l’éducation et de protéger l’environnement au Togo.

Djene DAKONAM, la confirmation d’un grand talent

Evoluant depuis 2 ans avec le club de Getafe en Liga Espagnole, Djene Dakonam a figuré dans le 11 type de la saison du championnat espagnol établi par le site Who Scored. L’Epervier de 26 ans a été aussi retenu dans le onze des révélations de la saison de Liga établi par l’UEFA. Sa progression, son efficacité et sa discipline lui valent le rang de vice capitaine de son club espagnole. Notre compatriote est aujourd’hui courtisé par plusieurs clubs de la Liga et ceux de la première ligue anglaise. Il est l’épervier le plus côté et suivi par les amoureux du football togolais. Djene avant Getafe est passé par Coton Sport de Garoua (Cameroun) et Saint Trond en D2 Belge

Anita AFATCHAO, l’étoile féminine du 7ème art

Anita Afatchao est l’une des rares femmes à s’aventurer dans le 7ème art au Togo. Et elle finit par s’illustrer au fil du temps. Avec son documentaire de 13 min titré « L’or…dure », elle fait une entrée des plus fracassantes dans la cour des grands. Ce documentaire court-métrage lui a valu le trophée « Clap IVOIRE Grand prix KODJO Ebouclé » à Abidjan. Journaliste de son état, elle vit sa passion de cinéaste et porte le flambeau du 7ème art togolais dans les grands festivals. Elle a l’ambition de produire davantage d’œuvres cinématographiques qui fassent le tour du monde et ne raflant que des prix.

Toofan : les fils du vent, évidemment

Le groupe togolais Toofan, inventeur du « cool-catché » et du « Gweta », danse très dansant a encore fait parler de lui en cette année 2018. Les fils du vent comme on aime les appeler ont encore porté haut le nom du Togo. Le duo Fatowou Kossivi (Master Just) et Blaise Mensah (Barabas) ont décroché deux trophées en octobre 2018, aux Afrimma Awards. Sacré “meilleur groupe africain” et “meilleur artiste francophone”, ils ont ainsi damé le pion à des groupes tels, Bracket du Nigeria; Sauti Sol du Kenya; R2bees du Ghana ou encore, X-Maleya du Cameroun. Avant Afrimma 2018, le groupe Toofan a déjà été récompensé aux MTV Africa Music Award for Best Francophone, plus et bien d’autres encore.

Victoire BIAKU

La jeune chanteuse de 26 ans presque inconnue du public togolais s’était inscrite au casting de « the Voice Afrique francophone ». Une compétition qui a révélé son talent à l’Afrique. Cette étudiante en comptabilité et gestion des entreprises, s’est dès le début de la compétition fait remarquer grâce à son interprétation du titre « one night only » de la chanteuse américaine Jennifer Hudson. C’est alors qu’elle a été repérée par une des coachs. Très rapidement, elle a gravi les échelons pour se retrouver au sacre final. C’est sur une reprise de Whitney Houson « one moment in time », que Victoire clôture son aventure sur le plateau de the Voice Afrique francophone en remportant le trophée. Elle succède à Pamela Baketana, lauréate de la première édition.

Afiwa AZIANDJIPE, les doigts en or

Propriétaire de deux salons de coiffure dénommées « Abidjanaise » à Lomé, Afiwa pratique ce métier depuis son enfance. Spécialiste en coupe, ceci l’a motivé à participer à la troisième édition du concours du meilleur coiffeur d’Afrique francophone coiffure Kitoko, organisé par la chaine A+. Ayant arraché trois tabliers blancs à l’issue du concours , Afiwa a été sacrée deuxième.lauréate de la première édition.

Latif Dikéni-Kérim, l’ethnique chic

Il a fait le choix de l’ethnique et du chic. Celui qui habille déjà des Chefs d’Etat, des stars du monde sportif et du show business, des personnalités issues de différentes couches socio-professionnelles, mais surtout « tous les amoureux du beau » (aime-t-il à répéter) a organisé en août 2018 un show qui aura marqué les esprits. A la tête de sa collection Mario Exclusive, Latif Dikéni-Kérim propose une ligne de vêtements ethniques masculins de haut de gamme, dont les modèles sont des pièces uniques, confectionnés à base de tissus lin, 100% coton et en pure laine. Son coup d’essai a été un coup de maître : sa marque s’est tout de suite installé dans le paysage de la mode dans notre pays.