Les Togolais ont transféré plus de 600 milliards FCFA par Flooz et TMoney en 2018

0
656

Les opérations financières à partir d’un compte électronique associé à un numéro de téléphone se développent au Togo. Ce moyen de transfert d’argent désormais dans les mœurs, est aujourd’hui largement adopté par les consommateurs et constitue une véritable aubaine pour les deux opérateurs Moov et Togocel, qui se sont partagés les commissions sur les 607 milliards transférés en 2018, derniers chiffres disponibles.

Ils sont présents partout dans la ville de Lomé ainsi qu’à l’intérieur du pays. Logés le plus souvent par des kiosques, des boutiques d’alimentation générale ou encore de vente d’accessoires informatiques, les  points de transfert d’argent Flooz (pour les clients Moov) et T-money (pour les clients  Togocel) sont pris d’assaut à longueur de journées par les  consommateurs pour y effectuer des opérations d’envoi  ou de retrait  d’argent.

Selon les chiffres de l’Autorité de Régulation de la Télécommunication et des Postes (ART&P), les points de service d’argent mobile ont augmenté de 9%, passant de 11.119 en 2017 à 12.136 points en 2018. 62,7% des abonnés mobiles utilisent le service d’argent mobile (Flooz et TMoney) et le taux de pénétration du service financier mobile par rapport à la population est d’environ 52%.

Les données révèlent en outre que le nombre d’utilisateurs de l’argent mobile est passé de 83.000 en 2013 à 1,9 millions en 2017 pour atteindre 2,3 millions en 2018, soit un taux de croissance annuel de 95% sur la période 2013-2018 et de 21% durant 2016-2018.

Ils révèlent par ailleurs qu’en 2018, le volume global des  transactions était de  de 607,7 milliards de FCFA avec 61 millions de nombre d’opérations. Ce qui donne environ 1,6 milliards de FCFA de transaction par jour, avec en moyenne  10.000 FCFA par transaction opérée.

«  Tous ces chiffres ont connu une évolution entre 2018 et le premier semestre 2020 » précise-t-on à la direction de Moov.

Une aubaine.

Si le transfert mobile facilite la vie des utilisateurs, il est une aubaine pour les distributeurs et pour les opérateurs. Ils se partagent une commission sur chaque opération effectuée, qui varie de 150 à 10.000 FCFA sur les transferts de Flooz allant de 1 à 1.500.000 FCFA, et de 150 à 11.000 FCFA sur les transferts T-money allant de 1 à 2.000.000 FCFA. Appelée frais de transfert, cette commission est répartie entre le distributeur et l’opérateur, en raison de 26% pour le premier et 64% pour les retraits d’argent, et de 13% contre 77% pour les envois ;  Moov et Togocel pratiquant les mêmes taux.

Pour devenir distributeur, il faut en principe satisfaire aux  critères  de géolocalisation de l’emplacement et ainsi qu’à celui de la  proximité avec le réseau existant. Et fournir une garantie qui constitue en même temps le capital pour débuter ses opérations,  d’au moins 400.000 FCFA pour Flooz et 300.000 FCFA pour T-money. De même le futur distributeur doit se faire enregistrer comme entrepreneur et disposer de sa carte d’opérateur économique. C’est une activité qui peut s’avérer très lucrative pour ceux qui s’y lancent au vu de l’engouement des consommateurs pour le transfert mobile.

Ce que confirme Norbert ADOM, un distributeur agréé T-money et Flooz. Avec environ 150 opérations financières confondues  réalisées  quotidiennement  par son  kiosque, il touche une commission journalière moyenne de 10.000 FCFA,  plus de 300.000 FCFA mensuels,  soit plus de 8 fois le smig. « Déduction faite de mes charges, je gagne en moyenne 250.000 FCFA par mois» confie-t-il. De fait, monsieur ADOM a multiplié les points de transfert pour un chiffre d’affaires annuel de 13.000.000 FCFA.

Quant à Véronique KABA, elle assure que ce service est devenu sa principale source de revenus, environ 400.000 FCFA mensuels, loin de ceux que lui rapporte sa boutique d’alimentation générale à laquelle elle avait associé le transfert d’argent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

18 − 18 =