L’exécution des décisions des cours et tribunaux africains débattue à Abuja

0
493
????????????????????????????????????

Un symposium continental s’est tenu les 6 et 7 décembre derniers à Abuja ( Nigéria) sur le thème : « Mise en œuvre des décisions des cours et tribunaux africains des droits de l’homme : rôles des Indh, des professions  juridiques et des Osc ». Organisée  par le Panafricain Lawyers Union (Palu), avec le soutien financier de Raoul Wallenberg Institut, Swenden Sverige et West  Africain Bar Association (Waba), la  rencontre a  réuni  des avocats, des représentants des institutions nationales des droits de l’homme (Indh), des cours africaines des droits de l’homme et des organisations de la société civile.

Pour les organisateurs, le symposium d’Abuja se voulait  un cadre d’échanges sur l’effectivité de l’exécution des décisions rendues par les cours  des droits de l’homme en Afrique. En effet, il  est connu de tous que les décisions  des cours  des droits de l’homme  sont contraignantes.  Mais force est de constater  que celles-ci  sont de moins en moins exécutées par les États membres. Cette situation qui porte atteinte aux droits  des justiciables mérite une attention particulière ; d’où des réflexions des experts et acteurs impliqués.

Le  symposium a permis  aux participants de trouver des pistes de solution pour un plaidoyer à l’endroit des dirigeants africains à l’effet de permettre aux justiciables, non seulement d’avoir accès  à la justice, mais de voir les décisions judicaires s’exécuter pour la réparation  des préjudices subis.

La Commission nationale des droits de l’homme (Cndh) du Togo  y a été représentée par son vice-président, Me Sanvee Ohini Kwao.