Locales : La C14 dénonce des fraudes mais ne regrette pas sa participation

0
165

Quatre  jours après la  proclamation des résultats provisoires des élections municipales du 30 juin par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la coalition de l’opposition (C14)  a dénoncé mardi  des  fraudes et conteste les résultats. Selon le regroupement, les « résultats provisoires consacrent le renversement des valeurs morales et l’absence de toute étique politique que les tenants du système plus que cinquantenaire utilisent sans vergogne pour se maintenir au pouvoir et qui lui ont permis de s’octroyer 895 conseillers ». En d’autres termes, « le régime apprend aux citoyens à tricher, à voler, à être violents et à ne pas vivre des fruits de leur travail », souligne-t-on.

« Les résultats provisoires des élections municipales du 30 juin proclamés le vendredi 05 Juillet 2019 par la CENI attribuent à la C14 131 sièges. La C14 voudrait tout d’abord préciser que le nombre total de ses conseillers s’élève à 136 en tenant compte de ceux élus sur les trois listes dans lesquelles sont impliqués le PSR et l’ADDI », indique le regroupement dans sa déclaration liminaire.

Devant la presse, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson a précisé que plusieurs anomalies graves ont entaché la fiabilité des élections locales que les populations togolaises ont attendues pendant des décennies et montré la mainmise totale du pouvoir sur l’ensemble du processus électoral.

Ces anomalies sont entre autres  souligne-t-elle, la révision des listes électorales totalement biaisée pour empêcher des citoyens
de se faire inscrire, le  refus délibéré de la CENI de sensibiliser les populations togolaises à participer aux élections locales, les conditions discriminatoires dans lesquelles les listes de l’opposition ont été invalidées dont 12 de la C14 et  la volonté d’opacité affichée par le pouvoir en refusant l’accréditation à tous les observateurs nationaux.

Egalement la C14 dénonce  de nombreux les bourrages d’urnes attestés par le fait que dans certains bureaux de vote le nombre de bulletins de vote retrouvés. Ces anomalies ont été plus constatées dans quatre communes à savoir l’Ogou,  Kpendjal Ouest,  Tone,  Zio où un ancien député UNIR a été le grand artisan de la manœuvre. « Le comble de l’immoralité vient du fait que les personnes prises en flagrant délit de fraude et qui sont toutes de UNIR n’ont nullement été inquiétées. Les rares qui ont été arrêtées et remises à la gendarmerie ont été relâchées sur ordre des premiers responsables de ce parti. Le cas a été observé à Anfoin, dans le Zio et dans l’Ogou »,  explique le regroupement.

« Malgré toutes ces anomalies et fraudes, la C14 ne regrette pas d’avoir pris la décision courageuse de participer à ces élections », martèle Brigitte Kafui-Adjamagbo coordinatrice  et tête de liste  C14 dans l’Ogou. Ce faisant, elle  a annoncé avoir introduit des  recours devant la Cour suprême du Togo.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 + 11 =