Noël Kokou Tadegnon: le journaliste patron du volleyball

0
467

Il est beaucoup plus connu comme journaliste avec une maîtrise des TIC et correspondant de plusieurs médias internationaux jusqu’à la date du 28 mai dernier où il sera porté à la tête de la Fédération Togolaise de Volley-ball. Noël Kokou Tadegnon comme c’est lui qu’il s’agit, a aussi un parcours et une histoire avec le volleyball togolais dont il s’engage à écrire de nouvelles pages. Focus sur le nouveau président de la FTVB et ses ambitions pour le volley-ball togolais.

Volleyeur dès l’enfance

La pratique du volleyball faisait parti de l’enfance de Noël Kokou Tadegnon. En effet motivé par ses parents, Noël a commencé la pratique du volleyball dès l’âge de 5 ans. Il va exceller et connaître toutes les catégories au volley. Ses performances avec son l’équipe de volleyball de l’étoile filante de Lomé vont lui valoir une convocation en équipe nationale de volleyball très jeune à l’âge de 16 ans.

« J’ai connu le volley très tôt. J’ai été appelé en équipe nationale du Togo à 16 ans et j’ai participé à plusieurs compétitions sous les couleurs du pays. J’ai joué comme réceptionneur prioritaire et attaquant rapide. J’ai connu de très bons moments sur le terrain avec mon club l’Etoile Filante et en équipe nationale», se souvient-il.

Après son parcours avec l’équipe nationale de volley-ball, Noël Kokou Tadegnon nourrissait l’ambition de transmettre les secrets de son talent aux plus jeunes. Il décide alors de se former. Il obtient ainsi son diplôme d’entraineur niveau 1 de volley-ball en octobre 1993.

Mais la passion pour le volleyball et le sport que Noël exprimait par ses performances sera brisé en 2009. Dans une phase de jeu, il aura un choc qui sera diagnostiqué comme une rupture du tendon d’Achille. Une blessure qui le renvoi des airs des jeux mais pas pourtant de la discipline de volley-ball. Toujours hanté par le volleyball, il intègre l’équipe dirigeante de son club Etoile filante, la même année.

En début d’années 2022, il décida de sauver volley-ball togolais qui est en pleine difficultés. Il se lance dans la course à la présidence de la Fédération togolaise de volley-ball. Seul en lice, il sera élu à l’issue du congrès électif le 28 mai dernier, à la tête d’un bureau de 8 membres pour un mandat de 2 ans renouvelables.

Journaliste de renom

Noël Kokou Tadegnon n’a pas uniquement de la passion que pour le volley-ball, il fait aussi un parcours très remarquable dans le journalisme. Il va débuter sa carrière comme journaliste à la radio. Pour ses débuts , il gardera son amour pour le sport, en se spécialisant journaliste sportif. Après quelques années à la radio il va s’intéresser à la presse écrite. Il sera à partir de 1998 l’un des pionniers du journalisme web au Togo. En 2000, Noël Tadegnon va lancer son premier site web (mediatogo.info). Deux ans plus tard, il démarre une nouvelle expérience comme journaliste reporter d’image avec l’agence Reuters. En 2004, il devient aussi correspondant de la radiotélévision allemande Deustche Welle.

Durant son parcours, il a eu à collaborer avec plusieurs médias internationaux dont la chaine de télévision VOX AFRICA basée à Londres dès sa création en 2008 et Inter Press Service.

Noel Tadegnon a par son travail de qualité remporté plusieurs prix de distinctions dont le Prix HighWay Africa 2008 destiné à reconnaître le travail des journalistes dans le domaine du web et de la technologie.
Depuis quelques années, Noël Kokou Tadegnon a décidé de transmettre ses compétences et partager ses expériences dans le journalisme. Il anime en ce sens des cours de journalisme notamment à l’université de Lomé et aussi des séminaires/ateliers de formation.

Du sang neuf pour relancer le volley-ball togolais

Le journaliste et volleyeur Noël Kokou Tadegnon est depuis déjà quelques semaines le nouveau patron de la Fédération togolaise de volleyball (FTVB). Son ambition : relancer le volleyball togolais en difficulté. Il nourrit ainsi l’ambition de contribuer au développement de cette discipline sportive.
« Nous avons tous fait le constat que le volley-ball togolais connait des difficultés et qu’il fallait du sang neuf pour relancer les choses et c’est ce qui a motivé ma décision d’être candidat à la présidence de la fédération pour apporter notre contribution au développement de la discipline », confie-t-il.

La priorité du nouveau président et de son équipe c’est d’œuvrer pour la reprise des activités au sein des clubs sur l’ensemble du territoire et l’organisation des compétitions sur le plan local et ce, à court terme.
« Nous devons offrir des ballons aux clubs pour qu’ils reprennent l’encadrement des enfants. C’est à cela je dois m’atteler en trouvant rapidement les moyens. Nous héritons d’une fédération en difficulté mais avec beaucoup d’engagement, d’imagination pour allons relever le défi », ajoute le patron de la FTVB.