Philippe Fanoko-Kpodzro doute de la sincérité des législatives du 20 décembre

0
782

Mgr Philippe Fanoko-Kpodzro, l’archevêque émérite de Lomé a affirmé mardi que la tenue du scrutin législatif « du 20 décembre 2018 ne paraît pas de nature à solder la convulsion politique récurrente qui agite notre pays » dès lors que la « représentation nationale qui en résulte ne saurait valablement prétendre refléter l’état de l’opinion publique nationale ». Pour Mgr Fanoko-Kpodzro « le taux de participation officiel au scrutin législatif, près de 60% nous dit-on, défie la réalité, témoigne de l’insincérité du scrutin, et des méthodes ».

« Il serait à tout le moins illusoire de considérer que le souverain peuple en lutte pacifique puisse envoyer à la Chambre Parlementaire, une majorité écrasante des députés affiliés à une gouvernance qui l’oppresse, le confine dans l’indignité, la misère », a-t-il dit.

En revanche, il s’est félicité que son appel lancé à l’ensemble de la classe politique l’invitant à la modération, au calme, et à s’abstenir de tout acte de violence à la veille des élections législatives du 20 décembre même si le report demandé le 11 décembre n’a pas été acté.

« Que Dieu soit loué et que la Vierge des 7 douleurs soit grandement bénie d’avoir exaucé nos prières et de nous avoir épargné des horreurs de la guerre civile, évitée de justesse (puisque tous les ingrédients étaient visiblement réunis). », a-t-il déclaré devant la presse.

Par ailleurs, l’ancien président de la Conférence nationale souveraine a appelé le Chef de l’Etat à user de son pouvoir discrétionnaire (la grâce présidentielle) pour faire libérer son frère Kpatcha et ses coaccusés, Satchivi et les autres prisonniers politiques de notre pays.

Tout en saluant les récentes libérations de près de 500 prisonniers de droits communs, L’archevêque
encourage M. Gnassingbé à élargir ces libérations aux « prisonniers politiques dont son frère consanguin ».
« … ne fais pas comme Ponce Pilate qui a libéré Barabbas le forçat, le criminel le plus dangereux de tous les temps à la place de JESUS-CHRIST, l’innocent, le MESSIE (…) Allons-y, accorde leur la grâce présidentielle tu t’en sortiras grandi, auréolé de félicité et d’estime. Je t’en conjure », déclare Mgr Philippe Fanoko-Kpodzro