Self-Help : l’ambassade des Etats Unis relance les candidatures

0
692
Self-Help
Les futurs bénéficiaires de ce programme Self-Help seront connus en août 2020

L’ambassade des Etats Unis au Togo vient de relancer les candidatures du programme Self-Help comptant pour l’année 2020. Il s’agit d’un programme d’auto-assistance, qui vise à encourager et améliorer les conditions de vie des populations locales. Lancé depuis 1964, le montant maximal alloué pour assister les communautés avec des projets de développement, est de 5000 $ US.

Les communautés désireuses de bénéficier de l’appui financier du programme Self-Help doivent proposer des micro-projets à l’endroit des communautés locales. Une attention particulière est accordée aux projets qui ont le potentiel de générer des revenus.

Les projets à fort succès sont des projets qui créent de l’emploi et produisent des compétences commercialisables (couture, élevage de bétail…). On peut également noter des projets d’acquisition d’équipements pour les écoles de formation technique ou les programmes de formation professionnelle.

Le 1er octobre 2019, 17 groupements et associations communautaires ont ainsi bénéficié d’une enveloppe de 35 millions 200 mille FCFA. Grâce à ce financement, les bénéficiaires vont pouvoir lancer des projets générateurs de revenus, de transformation agricole, de fourniture en équipements pour les établissements scolaires, ou encore des initiatives d’aide aux personnes handicapées, suivant leur projet respectif.

Selon la coordinatrice du bureau de développement de l’ambassade des USA au Togo, Noélia Sales : « cela marque le début de la nouvelle période de dépôt des candidatures ». « Jusqu’au 30 juin 2020, les populations peuvent nous envoyer leurs demandes », a-t-elle précisé.

Les futurs bénéficiaires de ce programme seront connus en août 2020. Pour soumissionner au Self-Help, les fiches de candidatures sont disponibles sur le site internet de l’ambassade des Etats Unis au Togo ;  ou elles peuvent être retirées en physique au siège de l’ambassade à Lomé.

Clément Gado