Togo : Djimon Oré appelle au boycott des élections locales du 30 juin

0
1022

« Nous ne participerons pas aux élections locales parce que le régime s’apprête, à l’instar des législatives de décembre 2018, à organiser encore une parodie d’élection », a déclaré   mardi sur une radio locale, l’ancien ministre de la communication, Djimon Oré devenu farouche opposant au régime de Lomé.  « C’est juste un maquillage pour faire nommer des pseudo conseillers qui ne serviront à rien. C’est la raison fondamentale », poursuit le président  du  Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD).

Pour le fils de Morétan,  « la crise togolaise perdure et il faut trouver une solution de manière globale et non faire de l’amusement ».  Alors  insiste-t-il, « le FPD constate que l’opposition a joué le jeu du régime durant pratiquement trois décennies et ça n’a rien donné. Donc il faut prendre du recule pour pouvoir demander à la population de ne pas perdre espoir et de se relancer dans la résistance totale pour faire plier le régime afin d’instaurer la vraie démocratie ».

De ce  fait, il appelle les togolais  au boycott  des élections locales du 30 juin parce que,  rien ne sera transparent. « Il y n’a aucune transparence dans ces élections. D’abord le fichier électoral est manipulé et manipulable à loisir à partir du moment où ce fichier est conçu par une CENI mise en place par le pouvoir tout seul »,  dit-il, soulignant que « tous ceux qui se sont déclarés comme partis politiques engagés dans ce processus ont déjà négocié des places auprès du pouvoir ».  « Je suis un parti politique et je sais de quoi je parle. Pour les législatives, nous avons été abordés et ce n’est pas de l’amusement. C’est pour ça je dis que tous ceux qui vont à ces élections ont déjà trouvé en catimini un terrain d’attente. Quelle commune il faut laisser à tel parti politique pour donner l’impression qu’il y a eu élection »,  martèle l’ancien lieutenant de Gilchrist Olympio.

Et  sur  la base du fichier actuel,  M. Oré  note que le « régime peut proclamer qui il veut comme conseiller ou maire où il veut ».

Désormais  ils sont   quatre  formations politiques de l’opposition à décider de ne pas participer aux élections locales du 30 juin   à savoir le FDP de Djimon Oré, le Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, le Parti des Démocrates de Nicodème HABIA et le parti des Togolais de Nathaniel Olympio.