Togo : la police nationale étoffe son effectif

0
1287

255 élèves commissaires et officiers de police de la promotion 2016-2018, ont reçu leurs épaulettes mardi à l’Ecole Nationale de Police (ENP) de Davié (35 km de Lomé).

Cette promotion baptisée Général Gnassingbé Eyadéma est composée dans les détails de 108 commissaires dont 10 cadres féminins et 147 officiers de police dont 13 personnel féminin. Recrutés, à l’issue d’un concours en 2014, ces nouveaux fonctionnaires de la police ont reçu des formations militaires de base au Centre Nationale d’Instruction (CENI) de Kara.

Ils ont été formés dans plusieurs disciplines à savoir : la connaissance de l’institution policière, la gestion d’un service de police, les enquêtes judiciaires, les normes administratives et techniques de circulation de l’information. Les 255 nouveaux commissaires et officiers de la police ont suivi des formations sur la Sécurité publique, le service d’ordre, les droits de l’homme et protection des personnes vulnérables, la sécurité routière, le renseignement intérieur, la sécurité en intervention, l’anglais, le maintien de l’ordre, ainsi que sur la police citoyenne.

Les commissaires ont suivi, en 2017, un stage de Brevet d’Armes N° (BA1) à l’Ecole Nationale des Sous- Officiers de Témédja (ENSO-Témédja).

Après cette phase théorique, les deux catégories ont effectué des stages pratiques d’intégration dans les unités et services territoriaux de Police nationale en 2018.

Bien outillés et aguerris, ils sont prêts à assurer, avec efficacité leurs missions de paix, de sécurité et de stabilité du pays.

La cérémonie de fin de formation a été présidée par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Gal de brigade Damehame Yark, et marquée par la proclamation des résultats, le baptême, la pose d’épaulettes, l’exécution de l’hymne national « Terre de nos Aïeux », le salut au drapeau et un défilé.

Dans son intervention, le ministre de la sécurité et de la protection civile, a rappelé le contexte sécuritaire dans lequel cette formation intervient et le caractère exigent de leur fonction. Selon le Gal de brigade Yark Damehane, ce contexte sous-régional est caractérisé par des actes de terrorisme, de prise d’otages avec demande de rançon, de violence urbaine, de persistance du trafic de drogue et des être humains, ainsi que le développement de la criminalité numérique, de tensions politiques sur fond de manifestations publiques violentes. Ces phénomènes criminels perpétrés sur le territoire national avec parfois des ramifications au-delà des frontières, « exigent des personnels de forces de sécurité des aptitudes professionnelles à la hauteur des défis de l’heure que l’on ne saurait acquérir sans la formation ».

D’où une formation pluridisciplinaire adaptée aux nouvelles donnes de la sécurité en vue de les « doter de compétences, du savoir, du savoir-faire et du savoir être nécessaires à l’exercice efficace de leurs missions ».

Le directeur général de la Police, le commissaire divisionnaire, Têko Mawuli Koudouovoh a remercié la hiérarchie militaire pour les sacrifices qu’elle ne cesse de consentir en matière de maintien de l paix et de sécurité, tout en rappelant aux récipiendaires le devoir qui les incombe.

Avec Togo presse