Traité sur le commerce des Armes : réflexions à Lomé sur les instruments juridiques à incorporer dans les pays membres

0
779
commerce des Armes
13 pays d'Afrique francophone réfléchissent à Lomé sur le Traité du commerce des Armes

Lomé abrite une rencontre sur l’incorporation des dispositions du traité sur le commerce des armes (TCA) dans les systèmes juridiques nationaux. Des Etats francophones d’Afrique réfléchissent donc à la domestication de cet instrument international. Du 1er au 03 octobre, 70 experts gouvernementaux, parlementaires et de la société civile venus de 13 pays francophones d’Afrique participent à cette rencontre. 

L’objectif de la rencontre est surtout  d’aider les pays participants à identifier les éléments clés du TCA. La rencontre de Lomé va aider à incorporer ces éléments dans les systèmes juridiques. Les parlementaires devront s’en référer dans l’adoption des législations de leurs pays. Il s’agit de respecter l’esprit et la lettre de ces dispositifs afin d’assurer la paix, la sécurité, la stabilité, et le développement des pays membres.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile du Togo a présidé le lancement de la réunion. Dans son allocution, le Général de Brigade, Yark Damehame a déclaré : «  nous avons l’obligation d’œuvrer avec détermination pour établir des mécanismes robustes de mise en œuvre du TCA ; en vue de contribuer à réduire les souffrances humainesAinsi, l’action responsable  des Etats dans le cadre du commerce international  des armes classiques conduira à réduire la capacité destructrice inhérente à la criminalité organisée, au terrorisme et à toute forme d’utilisation non autorisé des armes avec son lot de violations graves du droit international humanitaire et du droit de l’homme. »

Depuis son entrée en vigueur en 2014, le traité sur le commerce des armes compte 104 Etats membres. 25 pays francophones l’ont déjà ratifié. Autres thèmes abordés à cette rencontre de Lomé, la lutte contre les détournements dans le transfert des armes,  les objectifs de développement durable. En 2021, la présidence du TCA reviendra à l’Afrique. Et au ministre de la sécurité et de la protection civile du Togo d’en appeler à une candidature consensuelle qui portera mieux les attentes du continent africain.

Bassane RAMINA