Vers une meilleure gestion des risques d’inondations et de sècheresse dans le Bassin de la Volta

0
203
(Au milieu)Le ministre délégué auprès du ministre de l’eau, de l’équipement Rural et de l’Hydraulique Villageoise, Kanfitine Issa Tchede à l'ouverture de l'atelier

Le bassin de la Volta fait face depuis plusieurs années à des effets néfastes du changement climatique caractérisé, entre autres, par des phénomènes extrêmes tels que les inondations et les sècheresse entraînant, d’importants dégâts matériels et des pertes en vies humaines.

Pour relever ce défi, l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV) met en œuvre depuis 2019 au profit des six pays riverains du bassin, le projet « intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta ».

Dans ce contexte, s’est ouvert ce 21 septembre à Lomé, et ce pour deux jours un atelier technique national de présentation des résultats et recommandations de l’évaluation des capacités et besoins en matière de prévision et d’alerte aux inondations et à la sécheresse dans le bassin de la Volta.

Organisé par l’ABV, en collaboration avec le partenariat Mondial de l’Eau/Afrique de l’Ouest (GWP-AO) et l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), et l’appui des Autorités Togolaises, cet atelier devra permettre de parvenir à une compréhension commune des lacunes, des limites et des opportunités de chaque aspect du système d’alerte précoce et d’identifier les actions réalisables à mettre en œuvre dans le cadre du projet.

Selon le ministre délégué auprès du ministre de l’eau, de l’équipement Rural et de l’Hydraulique Villageoise, Kanfitine Issa Tchede, l’atelier permettra aussi d’examiner et de consolider le projet d’analyse de base sur les systèmes d’alerte précoce (SAP) et les recommandations connexes pour le développement de cartes des risques d’inondation et de sécheresse et la mise en place d’un système d’alerte précoce.

Ainsi, pendant deux jours, les participants échangeront sur les résultats de l’inventaire des informations sur les vulnérabilités, capacités, exposition et risques (VCER) pour les inondations et la sécheresse dans le bassin de la Volta.

Les réflexions devront aboutir, entre autres, au développement d’une stratégie de suivi, y compris des plans d’actions au niveau national pour mettre en œuvre un système d’alerte transfrontalier pour les inondations et la sécheresse dans le bassin de la Volta et pour renforcer les systèmes d’alerte précoce nationaux.

« Les résultats de cette étude enrichis de vos échanges, serviront, à n’en point douter, à poser les bases de la mise en place d’un système d’alerte précoce, de prévision et de gestion des inondations et de la sécheresse dans notre bassin commun », a indiqué Dr Fofana Rafatou, représentante du Directeur exécutif de l’ABV.

De façon globale, le projet « intégrer la gestion des inondations et de la sécheresse et l’alerte précoce pour l’adaptation au changement climatique dans le bassin de la Volta » a pour ambition de développer dans le bassin, une première mise en œuvre de la gestion intégrée à la fois des inondations et de la sècheresse en responsabilisant les Services météorologiques et hydrologiques nationaux (SMHN) et les autres autorités compétentes des six pays riverains.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

9 − huit =