Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme : le Togo valide son plan national de lutte

0
333
finances, l’inclusion financière, Eco, financement
Sani Yaya, Ministre Togolais de l'Economie et des Finances

Le 11 juin 2018, le Togo a lancé une évaluation nationale des risques (ENR) de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Après dix-huit mois d’exercice, il est temps de découvrir les résultats. Ce 30 décembre, un atelier de validation du rapport général de ladite évaluation à démarré à Lomé. Ce rapport va être validé au terme de deux jours de travaux.

L’évaluation nationale des risques constitue une sorte de baromètre. c’est un instrument de mesure au plan national de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT). Cette évaluation a également été l’occasion de faire l’état des lieux de la lutte, afin de mieux comprendre les risques auxquels le pays est exposé.

Le gouvernement togolais s’est engagé dans la lutte contre la fraude, la corruption et le blanchiment des capitaux. À travers son Plan National de Développement, le pays veut donc renforcer ses actions de lutte contre tout ce qui sape son économie. Un accent particulier sera alors mis sur les stratégies de lutte; en vue d’enrayer ces fléaux qui handicapent le développement socio-économique du pays.

Dans cette optique, la validation du rapport général d’évaluation permettra de dégager les tendances en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux. Par ailleurs, les participants proposeront des mesures propres à faire face aux nouveaux défis.

Rappelons que l’évaluation nationale des risques au Togo a été instituée par la loi uniforme N°2018-004 du 04 mai 2018. Cette loi est relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, en conformité avec les recommandations du GAFI.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

16 − 2 =