« L’Urgence Africaine » : comment se décline-t-elle au Togo, selon Kako Nubukpo

0
843
Urgence Africaine
Professeur Kako Nubukpo

« L’Urgence Africaine ». C’est l’intitulé du dernier ouvrage du professeur Kako Nubukpo, publié le 18 septembre 2019. Selon l’auteur, l’œuvre traduit bon nombre de réalités car l’urgence, « c’est que tout est à prendre en compte en Afrique ». Comment se décline concrètement cette urgence au Togo ? Pour en parler, le prof. Nubukpo a animé une conférence ce 09 janvier 2020 à l’Agora Senghor de Lomé.

Nous sommes en 2020, l’Afrique se transforme. C’est un constat positif certes, mais ce n’est pas aussi vite ni aussi bien qu’on le souhaite. Pendant ce temps au Togo, nous abordons une phase décisive de notre vivre-ensemble avec l’élection présidentielle du 22 février 2020.

Quelles sont les perspectives de développement qui s’offrent au pays ? Comment répondre aux défis de l’heure ? C’est ce que révèle l’ouvrage de l’actuel doyen de la FaSEG de l’Université de Lomé. Il s’agit pour les États de l’Afrique de l’Ouest, le Togo en particulier, de relever ces défis tout en écartant ceux qui ne sont pas optimales aux réalités locales.

Pour cela, le prof Nubukpo a invité toute la communauté à la multiplication d’ateliers de pensée (Think-thank). Histoire d’inciter à faire plus de recherches pour apporter des solutions concrètes. « Il nous faut construire des modes de pensée qui nous permettent de nous développer. Autrement dit, nous risquons toujours de courir après l’urgence », a-t-il laissé entendre.

« L’Urgence Africaine » est un ouvrage qui tord également le cou à plusieurs idées à la mode sur l’Afrique. La transformation des économies africaines passe par la lutte contre trois formes d’extraversions à en croire le professeur Nubukpo. La première est réelle. L’Afrique est capable de transformer ses propres matières premières.

Lire aussi :“L’Urgence africaine” ou quand Kako Nubukpo appelle à un changement de modèle en Afrique

La seconde extraversion est d’ordre économique. Il faut également que les États de l’Afrique de l’Ouest sortent du CFA pour créer une monnaie endogène qui puisse transformer les choses. La troisième extraversion, d’origine intellectuelle, implique de changer la manière de penser et, de se dire que ce qui vient d’ailleurs n’est pas forcément mieux que ce que nous produisons.

La question du CFA sera d’ailleurs l’objet d’un colloque internationale prévu du 28 au 30 avril à l’université de Lomé. A l’initiative du prof. Kako Nubukpo, le colloque dénommé, “Les états généraux de l’Eco” sera l’occasion de porter des réflexions sur les contours de la futur monnaie ; également la manière dont la transition sera faite pour les pays d’Afrique francophone dont le Togo.

 

Clément Gado

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

19 + seize =