Lutte contre le Covid-19 au Togo : les points clés de la mission de la coordination

0
906
médicaments, riposte
Médecin colonel Mohamed Awalou Djibril, coordinateur de la CNGR Covid-19

La lutte contre le Covid-19 au Togo est dirigée par un comité de crise que préside le Chef de l’Etat. La mise en œuvre des décisions de ce comité est assurée par la Coordination Nationale de la Gestion de la Riposte contre le Covid-19 (CNGR Covid-19). Les professionnels des médias ont été mieux outillés sur le rôle et la mission de cet organe interministériel ce mercredi.

Le 30 mars 2020, la CNGR Covid-19 est créée par décret présidentiel avec à sa tête, le médecin colonel Mohamed Awalou Djibril. L’organe est placé sous l’autorité du Chef de l’État Faure Gnassingbé qui lui, dirige le comité de crise. Afin de mieux répondre à l’urgence, la coordination nationale est composée de représentants d’institutions et des différents ministères.

La CNGR Covid-19 est donc l’organe chargé de la coordination interministérielle de la mise en œuvre des décisions du gouvernement. Elle centralise et analyse toutes les informations en relation avec la pandémie. Elle conçoit des scénarios d’anticipation et de riposte ; prépare et met en exécution les décisions relatives à la crise. Elle assure également la planification, la programmation et le suivi-évaluation des interventions de la riposte.

Maillage complet du territoire

La CNGR est l’intermédiaire entre le Comité de crise, les différents ministères engagés dans la riposte et les populations à la base. Selon le colonel Djibril, « c’est grâce à la sensibilisation et à la collaboration des populations que les nouveaux cas de Djarkpanga ont rapidement pu être détectés ». Le comité local rend alors compte de ses activités à la coordination Nationale qui, elle, rend compte quotidiennement de ses activités au président de la République.

À l’heure actuelle, le gouvernement envisage d’accroître la capacité journalière de dépistages des populations. Une aile de l’Institut National d’Hygiène (INH) verra le jour à Kara à partir du 15 mai. Et cette opération sera donc mise en œuvre par la coordination qui dispose de Comités locaux au niveau de chaque préfecture . Des unités mobiles de détection sont également à l’étude.

Il faut noter que la coordination nationale peut faire appel à toute personne dont les compétences sont nécessaires pour l’exécution de ses missions.

 

Clément Gado